HES-SO Valais-Wallis - Haute Ecole de Santé – HEdS




Projets de recherche

Santé

MeetMyNeeds – pour les personnes proches aidantes d'individus avec démence

La plateforme en ligne MeetMyNeeds permet aux personnes proches aidantes d'individus avec démence du canton de Fribourg d’évaluer leurs besoins et d’être orientées vers des prestataires locaux qui…

HEdS-FR
HES⁠-⁠SO Valais-Wallis - HEdS
HEdS-Genève

Santé

Assessment of Movement Control in Patients with Neck pain

How can physiotherapists measure Movement Control in Patients with Neck Pain? A Delphi study

HES⁠-⁠SO Valais-Wallis - HEdS

Santé

Reliability and validity of an adapted hip abductor strength measure

ReVa-HAS measure: Reliability and validity of an adapted hip abductor strength measure in a closed chain position. A new fall risk assessment for older persons?

HEdS-Genève
HES⁠-⁠SO Valais-Wallis - HEdS

Jard'inf : un espace de bien-être et de sensibilisation à la HES-SO Valais-Wallis

Une partie du jardin du site de l’Agasse, à la HES-SO Valais-Wallis - Haute Ecole de Santé à Sion, sera aménagée en espace de relaxation et de rencontre par des étudiant∙es en soins infirmiers.

HES⁠-⁠SO Valais-Wallis - HEdS
équipe projet étudiants HEDS Valais

Un jardin et une serre sur le campus de Loèche-les-Bains

Un groupe d'étudiant∙es de la HES-SO Valais-Wallis a créé un jardin permacole et une serre sur le site de la Haute école de santé (HEDS) à Loèche-les-Bains.

HES⁠-⁠SO Valais-Wallis - HEdS

Santé

SEP et exercices à domicile

Intégration d'exercices à domicile dans la gestion quotidienne de la sclérose en plaques. Une analyse compréhensive du processus d'appropriation par les patient·es

HESAV
HES⁠-⁠SO Valais-Wallis - HEdS

Santé

Confiance et collectifs de soin interprofessionnels

Développement de la confiance dans les collectifs de soin interprofessionnels : dimensions, facilitateurs et obstacles

HE-Arc Santé
HES⁠-⁠SO Valais-Wallis - HEdS

Santé

Sport activity and symptoms in athletes with FAI syndrome

COrrelation between Sport activity, Symptoms And clinical Tests in athletes with FAI syndrome. A self-controlled case series study (COSSAT FAI)

HES⁠-⁠SO Valais-Wallis - HEdS

Economie et Services Ingénierie et Architecture Santé

StayFitLonger

Ce projet international a pour but de prolonger l'autonomie des personnes âgées vivant à domicile avec au coaching virtuel. Il est coordonné par la HES-SO Valais-Wallis en partenariat avec le Centre…

HES⁠-⁠SO Valais-Wallis - HEG
HES⁠-⁠SO Valais-Wallis - HEdS
HE-Arc Ingénierie
Gestion médicamenteuse des personnes âgées à domicile : l’étude ME@home

Santé

Gestion médicamenteuse des personnes âgées à domicile : l’étude ME@home

Optimising medication therapy management for polymedicated home-dwelling older adults with multiple chronic conditions: the ME@HOME study

HES⁠-⁠SO Valais-Wallis - HEdS

Ingénierie et Architecture Santé

Habitat Seniors
(ADGA, Adaptation Du logement au Grand Age)

Le projet Habitat Seniors est mené en collaboration entre Lara Allet et Catherine Ludwig de la Haute école de santé de Genève et Frédéric Wuest de la haute école du paysage, d’ingénierie et…

HES⁠-⁠SO Valais-Wallis - HEdS
HEdS-Genève
HEPIA

Semaine de prévention du suicide à la HEdS Valais-Wallis

La prévention du suicide, comme moyen de promotion de la santé.

HES⁠-⁠SO Valais-Wallis - HEdS

Actualités

Inauguration du campus physiothérapie à Loèche-les-Bains

Le Campus de Loèche-les-Bains est enfin prêt à se dévoiler. L’inauguration officielle des bâtiments de la HES-SO Valais-Wallis et de sa Haute Ecole de Santé se déroulera le vendredi 23 septembre 2022 dès 18h. Une journée Portes ouvertes est organisée deux semaines plus tard, le 8 octobre, une occasion en or pour découvrir les filières de formation proposées dans ce nouveau campus et sur les différents sites de la Haute Ecole de Santé.

Avec sa belle couleur rouge-orangé, le nouveau bâtiment situé sur la Rathausstrasse 25 de Loèche-les-Bains attire les regards. Depuis quelques jours, il accueille 176 étudiant·e·s et 24 collaborateurs·trices de la filière Bachelor en physiothérapie et toutes les activités liées au plus grand site de formation de physiothérapeutes de Suisse romande y sont réunies. 

Ce nouveau bâtiment a pour objectif de permettre l’augmentation du nombre d’étudiant·e·s - à savoir 60 nouvelles entrées par année - en offrant des espaces dédiés aux cours, aux études personnelles et à la détente. De plus, il offre la possibilité de développer une véritable vie de campus et, cerise sur le gâteau, il symbolise avec splendeur les 50 ans d’existence de la filière physiothérapie.

Inauguration officielle

Malgré un emménagement il y a plus d’une année, l’inauguration officielle de ce nouveau bâtiment aura lieu le vendredi 23 septembre 2022 dès 18h. Pour l’occasion, acteurs·trices politiques, économiques et sanitaires de la région se rassembleront pour prendre la pleine mesure de ces nouvelles infrastructures qui renforcent l’attractivité de la filière Physiothérapie de Loèche-les-Bains.

La partie officielle se déroulera en présence de:

Lara de Preux-Allet, Directrice Haute Ecole de Santé, HES-SO Valais-WallisChristophe Darbellay, Conseiller d’Etat, Chef DEFChristian Grichting, Président Commune de Loèche-les-BainsChristine Pirinoli, Vice-rectrice Recherche et Innovation HES-SOFrançois Seppey, Directeur HES-SO Valais-WallisPierre-Henri Cortat, Responsable de filière physiothérapie HES-SO Valais-Wallis, Haute Ecole de Santé

Plusieurs étudiant·e·s et alumni prendront également part à l’inauguration. Témoignages, animations et spectacle de magie en compagnie de Lionel Dellberg complèteront la partie officielle. Celle-ci se terminera par un agréable cocktail dinatoire.

Journée portes ouvertes

Pour la première fois, une journée portes ouvertes est organisée simultanément sur les trois campus de la Haute Ecole de Santé, à Sion, Viège et Loèche-les-Bains. Cet événement qui aura lieu le samedi 8 octobre de 10h à 16h permettra de mettre en valeur les deux filières de formation de l’Ecole tout en soulignant ses activités de recherche et de développement. Elle offrira aux éventuel·le·s futur·e·s étudiant·e·s, à leurs parents et aux visiteurs·euses de passage une expérience immersive grâce à des ateliers interactifs, des séances d’information et des animations spécifiques. A Loèche-les-Bains, les visiteurs·euses pourront notamment découvrir des tests d’équilibre et de proprioception, relever des fonctions vitales et expérimenter une simulation du vertige. 

La maladie d’Alzheimer, la forme de démence la plus répandue

Une forme de démence

En Suisse 146'000 personnes de plus de 60 ans étaient atteintes de démence en 2021 (Alzheimer Suisse), soit 7% de cette population. La maladie d’Alzheimer est la forme de démence la plus répandue (60 à 70 % des cas). La journée mondiale de la maladie d’Alzheimer en ce mercredi 21 septembre 2022 nous donne l’opportunité de mettre en lumière l’étude pilote exploratoire de Prof. Anne-Gabrielle Mittaz Hager : Les effets du programme d’exercices T&E modifié sur l’équilibre, la mobilité et les fonctions exécutives chez les personnes souffrant d’une maladie d’Alzheimer légère ou probable, soutenue par Alzheimer Suisse et la HES-SO Valais-Wallis. 

Peu d’informations concernant l’utilisation de programme d’exercices à domicile auprès des personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer sont actuellement disponibles dans la littérature. C’est pourquoi les buts de cette étude pilote étaient 1. de savoir si un programme d’exercices à domicile pourrait démontrer des effets sur la mobilité fonctionnelle de base et les fonctions exécutives des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer léger ou probable et 2. d’évaluer la faisabilité d’une étude à plus grande échelle pour cette population en termes de recrutement, d’adhésion et de financement.

L'étude exploratoire de Prof. Anne-Gabrielle Mittaz Hager

Durant deux mois, des physiothérapeutes se sont rendus une fois par semaine au domicile des participants afin d’effectuer le programme d’exercice T&E. Tous les participants ont été recrutés par la Consultation Mémoire de l’hôpital de Sierre. En complément à cette séance hebdomadaire avec le physiothérapeute, les patients devaient réaliser leur programme d’exercices deux fois par semaine, avec ou sans le soutien d’un de leurs proche-aidants.

Douze personnes ont participé à cette étude, 5 hommes et 7 femmes âgés en moyenne de 80 ans. Les tests effectués pour évaluer la mobilité fonctionnelle ont montré une tendance à l’amélioration. Quelques tests permettant l’évaluation des fonctions exécutives ont également montré une tendance à l’amélioration. Ces résultats présentent l’évolution de douze personnes après huit semaines de pratique d’exercices physiques supervisés par des physiothérapeutes. Bien qu’encourageants, ils ne permettent pas de les généraliser pour l’ensemble de la population souffrant de la maladie d’Alzheimer. En revanche, tous les critères de faisabilité pour une étude à plus grande échelle ont été atteints. Pour confirmer les effets d’un programme d’exercices à domicile chez des patients atteints de la maladie d’Alzheimer en stade précoce, il est nécessaire de conduire de nouvelles études avec plus de participants. 

La recherche non médicamenteuse se poursuit

La recherche concernant la population des personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer au sein du PhysioLab de la HES-SO Valais-Wallis n’est pas terminée. En effet, trois projets ont été soumis à la fondation Alzheimer Suisse à la fin du mois d’août. Ces projets ont pour thèmes : (i) les thérapies non médicamenteuses pour le maintien des fonctions exécutives, (ii) l’effet de l’entraînement de résistance sur l’indépendance fonctionnelle, les fonctions cognitives et les fonctions physiques, et (iii) l’utilisation et la maîtrise des technologies digitales auprès de la population souffrant de la maladie d’Alzheimer. 

Rentrée académique 2022–2023

> Dossier de presse - Rentrée 2022-23 (pdf) 

Pour la première fois depuis trois ans, cette rentrée 2022-2023 se déroulera sans mesures sanitaires particulières si ce n’est le maintien des bonnes pratiques mises en place. Distributeurs à gel hydroalcoolique, aération régulière des salles et efforts de digitalisation sont autant de mesures qui s’inscrivent désormais durablement dans le quotidien des étudiant·e·s et collaborateur·trice·s de la HES-SO Valais-Wallis. Ce retour à la normale est une excellente nouvelle pour le corps estudiantin et le corps professoral qui vont pouvoir retrouver une proximité bénéfique à l’apprentissage et facteur de succès de la HES-SO.

En tant qu’institution de formation et de recherche, le rôle premier de la HES-SO Valais-Wallis est de faire appel à la recherche pour analyser des situations et des problématiques afin d’apporter des solutions pragmatiques. Comme charité bien ordonnée commence par soi-même, une équipe de chercheurs et chercheuses au sein de la HES-SO Valais-Wallis a donc été mandatée afin d’analyser la gestion de crise COVID au sein de l’institution. Les résultats permettront de tirer les enseignements de la gestion de la pandémie et d’améliorer les processus lors d’éventuelles crises ultérieures.

Cette année académique 2022-2023 sera marquée par de nouveaux enjeux résultant du conflit en Ukraine comme la pénurie d’énergie. L’institution a composé un groupe de travail afin de définir un plan d’action permettant d’assurer la sécurité des personnes, des infrastructures et de l’environnement ainsi que la continuité des activités en cas de coupures d’électricité. Des mesures d’économie d’énergie sont également entreprises comme par exemple l’abaissement de la température de chauffe des bâtiments, l’extinction des enseignes lumineuses et l’optimisation de la consommation des divers équipements.

Au-delà de ces nouveaux enjeux, la HES-SO Valais-Wallis va poursuivre ses efforts dans la prévention en sécurité informatique, la mise à jour des plans d’études cadres, l’adaptation de son organisation, le développement d’une politique de relève adéquate, ainsi que la mise sur pied de nouvelles infrastructures.

Dossier de presse - Rentrée 2022-23

Reportages sur Canal 9

Félicitations à Sabine Schär pour l'obtention de son doctorat!

Félicitations à Sabine Schär, Maître d’enseignement HES à la Haute Ecole de Santé, qui a soutenu sa thèse de doctorat en sciences de l’éducation à l’Université de Genève :

 « Savoirs mis en jeu entre personne soignée et personne soignante lors d’une évaluation de la douleur au moyen d’une échelle visuelle analogue (EVA) Un apport pour l’éducation en santé » !

Cette thèse s’intéresse à l’évaluation de la douleur en tant qu’espace investi par des savoirs pluriels, mobilisés par la personne soignée et la personne soignante. Elle questionne le statut des savoirs engagés, leurs conditions de production ainsi que leur mise en circulation. Les fondements épistémologiques de la recherche sont transdisciplinaires et compréhensifs et la posture critique adoptée défend l'égalité des savoirs. A partir d’observations et d’entretiens compréhensifs, les trois étapes d'analyse des données aboutissent à une typologie commune aux savoirs mis en jeu par les personnes soignées et les personnes soignantes. Alors que l’évaluation de la douleur est classiquement réduite à une mesure sur une échelle d’intensité, la thèse en offre une lecture innovante en la reconnaissant comme une activité hautement significative à l’intérieur de laquelle l’EVA constitue un outil médiateur ouvrant l’espace à une clinique de réciprocité.

 Bravo Sabine !

Liens sur la version intégrale de la thèse: https://archive-ouverte.unige.ch/unige:163345

Le CAS en Développement Organisationnel - une "thérapie" personnelle du leader

Le CAS en Développement Organisationnel est comparable à une "thérapie" personnelle du leader qui permet d'emmener l'organisation dans son développement

Interview de Madame Christine Ferrari, Alumni du CAS en Développement Organisationnel

Christine Ferrari travaille en qualité de directrice à I'EMS Burier, récemment renommé « La Maison des Bosquets ». C'est une maison qui accueille 129 habitants, ayant pour mission l'accompagnement en gériatrie et psychiatrie de l'âge avancé.

Qu'est-ce qui vous a motivé à suivre ce CAS en développement organisationnel ?

Parallèlement au projet d'agrandissement et de rénovation, un objectif consistait à Ia conduite des équipes vers une nouvelle philosophie d'accompagnement de Ia personne âgée. Des outils et des compétences en développement organisationnel étaient dès lors indispensables.

En quoi cette formation est-elle une plus-value pour votre entreprise ?

C'est une formation qui délivre une boîte à outils multiples, qui s'adapte à différents contextes et permettant Ia mise en pratique sur le terrain rapidement. De plus, les différents axes (organisation, individu, équipe) sur lesquels nous travaillons durant Ia formation permettent de traiter l'aspect « organisationnel » en profondeur.

C'est davantage Ia partie vivante de l'organisation qui est au cœur du sujet que Ia part « structurée » de l'organisation.

Quels sont les outils qui vous ont été les plus pertinents ?

Au-delà des nombreux outils présentés et abordés, c'est Ia pratique de ces derniers et Ia réflexion sur quand et comment les utiliser qui a été une véritable richesse. La part active de Ia formation et l'engagement de mon propre défi d'entreprise fut une réelle plus-value. Des liens constants sont faits avec notre organisation.

Vous souhaitez participer au CAS en Développement Organisationnel, nous attendons avec impatience votre inscription.

Raphaël Zumofen invité à intervenir lors de l'European Week of Regions and Cities

Interview de Raphaël Zumofen 

La semaine européenne des régions est organisée par le Comité de régions de l’Union européenne (UE). Elle rassemble plus de 18.000 participant·e·s (politicien·ne·s, administrateurs·trices, praticien·ne·s et universitaires) dans plus de 300 sessions sur une semaine. Raphaël Zumofen, adjoint de direction au sein de la Haute Ecole de Santé et chercheur à l'Institut santé et à l'Université de Lausanne est l'invité d'un workshop qui traite des outils digitaux permettant la participation citoyenne. Nous avons profité de lui poser quelques questions avant son intervention du 11 octobre prochain à 16:30.

M. Zumofen, vous avez été invité à intervenir dans le cadre de la 20ème semaine européenne des régions et ville (European Week of Regions and Cities), pouvez-vous nous décrire l’évènement ?

La semaine européenne des régions est le plus grand événement annuel consacré à la politique de cohésion organisé par l’UE à Bruxelles. Elle vise notamment la promotion et l’échange de bonnes pratiques au niveau de la politique locale. C’est la 20ème édition cette année.

Vous interviendrez dans un workshop qui traite des outils digitaux permettant la participation citoyenne. Quels résultats de recherche observez-vous dans ce domaine ?

La participation citoyenne est un sujet qui occupe beaucoup le monde politique et académique. En effet, il est systématiquement postulé qu’il faut impliquer au maximum les citoyen·ne·s dans l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation de politiques publiques. Nous analysons ce postulat du point de vue de l’administration qui dispose aujourd’hui de tous les outils, notamment avec les réseaux sociaux, pour dialoguer et coconstruire avec les citoyens. Nos résultats illustrent que, malgré le potentiel interactif d’outils comme Facebook, Twitter ou Instagram, les villes ne rentrent que très peu (ou ne veulent pas rentrer) dans une logique d’interaction. Par manque de ressources, de compétences ou d’intérêt, peu de villes engagent un réel dialogue et utilisent d’éventuelles informations produites sur les réseaux sociaux par les citoyens pour leurs réflexions autour de politiques publiques. 

Vous avez obtenu un award (avec vos collègues Vincent Mabillard et Martial Pasquier) lors de la conférence NISPACee en juin dernier. Quels impacts avez-vous observés à la suite de cette récompense ?

Je dirais qu’il y a eu deux impacts principaux. D’une part, au niveau académique, cette distinction a offert une visibilité accrue à nos travaux de recherche. Nous avons reçu plusieurs sollicitations quant à des projets de publications et d’ouvrages. Le modèle de mesure que nous proposons a également attiré l’attention de praticiens. D’autre part, au niveau hors académique, le relai de la nouvelle dans divers groupes nous a positionné comme les spécialistes de l’usage des réseaux sociaux dans la sphère publique pour les pays d’Europe centrale et de l’Est. Comme cette région est globalement sous-étudiée au niveau international, nous nous attendons à être sollicités lorsqu’un avis d’expert est nécessaire sur la région.

En quelques mots, pouvez-vous nous décrire les autres recherches que vous menez au sein de la HES-SO Valais-Wallis ?

Au-delà de mes recherches sur la participation citoyenne sur les réseaux sociaux, mes recherches se concentrent sur des problématiques de communication et de management publics. Avec des collègues de l’Université de Lausanne, de l’Université Libre de Bruxelles et de l’Université de Parakou (Bénin), nous nous sommes récemment intéressés aux réformes de digitalisation dans un pays émergent (le Bénin en l’occurrence) et à leurs impacts sur la redevabilité du gouvernement. Récemment, nous avons également analysé les facteurs économiques et institutionnels qui favorisent l’adoption des réseaux sociaux dans les communes de divers pays européens. Nous avons de nombreuses idées et projets pour les années à venir. Une de nos prochaines recherches portera sur le rôle que peuvent jouer les influenceurs dans la diffusion du message public, notamment pour attirer l’attention d’un public jeune difficilement atteignable autrement. Les enjeux sont passionnants et les thématiques à investiguer ne manquent pas !

Workshop du 11 octobre 2022 - Session en ligne

Le CAS en Développement Organisationnel, comment mieux appréhender des théories et concepts de manière pragmatique

Interview de Monsieur Samuel Pasquier, Alumni du CAS en Développement Organisationnel

Il travaille pour une société de services informatiques et réseaux pour les entreprises (B2B), dont il est Sr. Directeur « Business Operations » et membre du comité de direction de l’entité Suisse.

Qu’est-ce qui vous a motivé à suivre ce CAS en développement organisationnel ?

En 2021, j’étais le Chief Operating Officer (COO) d’une start-up en intelligence artificielle. Nous cherchions à adapter notre modèle organisationnel pour mieux interfacer avec les équipes du groupe, tout en gardant une dextérité de start-up. A l’époque mes équipes parlaient de « Teal Management » ou d’organisations « opale ». Je me suis intéressé au sujet et surtout à remettre l’individu au centre des projets de changement que sont les intégrations. A la suite d’une présentation de Sibylle Heunert Doulfakar lors d’un Webinar de la CCIFS (Chambre de Commerce et d'industrie France-Suisse), je me suis dit que le CAS DO pouvait apporter les outils à cet accompagnement.

En quoi cette formation est-elle une plus-value pour mon entreprise et pour moi comme personne ?

Cette formation offre énormément d’outils qui peuvent s’adapter à plusieurs environnements. En effet, mon rôle a changé quelque temps après le début de la formation et un nouveau défi s’est dressé devant moi : comment accompagner l’automatisation des tâches au sein de ma société. L’approche curative s’est révélée comme une très bonne solution avec l’engagement des équipes dans le processus de développement. Ce projet est en bonne voie et le fait d’accompagner les équipes sur la durée a un impact positif.

Quels sont les contenus qui vous ont été les plus pertinents ?

 Il y a beaucoup d’outils à disposition. Ceux que j’ai trouvés les plus pertinents pour moi ont été les 9 éléments pour construire une base de sécurité, le diagnostic d’efficience d’équipe, l’Article ou l’Award, les outils de sociométrie, le diagnostic delta ou le design d’intervention. Et puis, il y a les concepts tels que le développement des organisations ou le sentiment de cohérence qui m’ont accompagnés pendant le projet que je menais.

Il y a aussi le processus U (U-Lab d'Otto Scharmer) qui m’intéresse beaucoup personnellement. J’ai eu l’occasion de faire un mini U-Lab lors de la formation et je pense que j’aimerais l’utiliser à plus grande échelle dans le futur. Cela peut avoir beaucoup de bénéfices pour ma société actuelle.

Quel est le message que vous souhaiteriez faire passer à de futur·e·s participant·e·s pour cette formation ?

Osez ! Je pense que la remise en question de nos modèles organisationnels, de notre mesure de la performance et l’accompagnement de la nouvelle génération sont des enjeux majeurs pour la pérennisation des entreprises. Cette formation permet aux participant·e·s de mieux appréhender des théories et concepts en développement de manière pragmatique au travers d’exercices et d’échanges avec des professionnels aguerris. Elle ouvre le champ des possibles.

Vous souhaitez participer au CAS en Développement Organisationnel, nous attendons avec impatience votre inscription.