HES-SO Valais-Wallis - Haute Ecole de Santé – HEdS




Projets de recherche

Santé

CollHome - Explorer les collaborations dans les soins à domicile

Le projet CollHome, A social network analysis to explore collaborative practice in home care, vise à explorer la pratique collaborative dans les soins à domicile ainsi que les besoins, les attentes et…

HES⁠-⁠SO Valais-Wallis - HEdS

Santé

MeetMyNeeds – pour les personnes proches aidantes d'individus avec démence

La plateforme en ligne MeetMyNeeds permet aux personnes proches aidantes d'individus avec démence du canton de Fribourg d’évaluer leurs besoins et d’être orientées vers des prestataires locaux qui…

HEdS-FR
HES⁠-⁠SO Valais-Wallis - HEdS
HEdS-Genève

Jard'inf : un espace de bien-être et de sensibilisation à la HES-SO Valais-Wallis

Une partie du jardin du site de l’Agasse, à la HES-SO Valais-Wallis - Haute Ecole de Santé à Sion, sera aménagée en espace de relaxation et de rencontre par des étudiant∙es en soins infirmiers.

HES⁠-⁠SO Valais-Wallis - HEdS
équipe projet étudiants HEDS Valais

Un jardin et une serre sur le campus de Loèche-les-Bains

Un groupe d'étudiant∙es de la HES-SO Valais-Wallis a créé un jardin permacole et une serre sur le site de la Haute école de santé (HEDS) à Loèche-les-Bains.

HES⁠-⁠SO Valais-Wallis - HEdS

Santé

Assessment of Movement Control in Patients with Neck pain

How can physiotherapists measure Movement Control in Patients with Neck Pain? A Delphi study

HES⁠-⁠SO Valais-Wallis - HEdS

Santé

Reliability and validity of an adapted hip abductor strength measure

ReVa-HAS measure: Reliability and validity of an adapted hip abductor strength measure in a closed chain position. A new fall risk assessment for older persons?

HEdS-Genève
HES⁠-⁠SO Valais-Wallis - HEdS

Santé

SEP et exercices à domicile

Intégration d'exercices à domicile dans la gestion quotidienne de la sclérose en plaques. Une analyse compréhensive du processus d'appropriation par les patient·es

HESAV
HES⁠-⁠SO Valais-Wallis - HEdS

Santé

Confiance et collectifs de soin interprofessionnels

Développement de la confiance dans les collectifs de soin interprofessionnels : dimensions, facilitateurs et obstacles

HE-Arc Santé
HES⁠-⁠SO Valais-Wallis - HEdS

Economie et Services Ingénierie et Architecture Santé

StayFitLonger

Ce projet international a pour but de prolonger l'autonomie des personnes âgées vivant à domicile avec au coaching virtuel. Il est coordonné par la HES-SO Valais-Wallis en partenariat avec le Centre…

HES⁠-⁠SO Valais-Wallis - HEG
HES⁠-⁠SO Valais-Wallis - HEdS
HE-Arc Ingénierie

Santé

Sport activity and symptoms in athletes with FAI syndrome

COrrelation between Sport activity, Symptoms And clinical Tests in athletes with FAI syndrome. A self-controlled case series study (COSSAT FAI)

HES⁠-⁠SO Valais-Wallis - HEdS
Gestion médicamenteuse des personnes âgées à domicile : l’étude ME@home

Santé

Gestion médicamenteuse des personnes âgées à domicile : l’étude ME@home

Optimising medication therapy management for polymedicated home-dwelling older adults with multiple chronic conditions: the ME@HOME study

HES⁠-⁠SO Valais-Wallis - HEdS

Ingénierie et Architecture Santé

Habitat Seniors
(ADGA, Adaptation Du logement au Grand Age)

Le projet Habitat Seniors est mené en collaboration entre Lara Allet et Catherine Ludwig de la Haute école de santé de Genève et Frédéric Wuest de la haute école du paysage, d’ingénierie et…

HES⁠-⁠SO Valais-Wallis - HEdS
HEdS-Genève
HEPIA

Actualités

Les prochaines séances d'information

table.GeneratedTable { width: 100%; background-color: #ffffff; border-collapse: collapse; border-width: 1px; border-color: #400040; border-style: solid; color: #000000; line-height: normal; } table.GeneratedTable td, table.GeneratedTable th { border-width: 1px; border-color: #400040; border-style: solid; padding: 4px; } table.GeneratedTable thead { background-color: #0076b3; color: #ffffff } a:link { color: #0080ff; } /* lien visité */ a:visited { color: #0066cc; } /* souris sur le lien */ a:hover { color: #1980e6; } /* lien sélécté */ a:active { color: #318ce7; } Séances d'information

La HES-SO Valais-Wallis organise régulièrement des séances d’information sur ses offres de formation. N'hésitez pas à vous inscrire en cliquant sur le nom de la formation afin d'en savoir plus :

FormationsProchaine(s) date(s)Arts visuels12.02.2023 / 26.03.2023Economie d'entreprise02.02.2023 / 09.03.2023 / 06.04.2023Informatique de gestion31.01.2023 / 07.03.2023 / 04.04.2023Tourisme01.02.2023 / 08.03.2023 / 05.04.2023Systèmes industriels01.02.2023 / 04.02.2023 / 25.03.2023 / 29.03.2023 / 29.04.2023Energie et techniques environnementales01.02.2023 / 04.02.2023 / 25.03.2023 / 29.03.2023 / 29.04.2023Informatique et systèmes de communication02.02.2023 / 04.02.2023 / 15.03.2023 / 25.03.2023 / 29.03.2023 / 27.04.2023Technologies du vivant02.02.2023 / 04.02.2023Soins infirmiers15.02.2023 / 15.03.2023 / 05.04.2023 / 10.05.2023Physiothérapie-Travail social23.03.2023 / 20.06.2023 / 07.09.2023 / 07.11.2023Maîtrise socioprofessionnelle ES02.02.2023Education de l'enfance ES02.02.2023Etudiant·e d'un jour

Plonge au cœur de la HES-SO Valais-Wallis et vis la journée d’un·e étudiant·e dans la filière de ton choix avec le programme «Etudiant·e d'un jour»

La révolution numérique nécessite l’émergence de nouvelles compétences.

Le chef du Département de l’économie et de la formation Christophe Darbellay se réjouit de voir la HES-SO Valais-Wallis faire évoluer son offre, à l’instar de la création de la filière en Informatique et systèmes de communication.

Adaptation de plans d’études, création de nouvelles filières et mise en place de formations novatrices: ces dernières années, la HES-SO Valais-Wallis n’a pas lésiné pour diversifier son offre. La Haute Ecole d’Ingénierie a ainsi inauguré, en septembre dernier, un cursus en Informatique et systèmes de communication. Une réponse directe aux besoins du marché.

Répondre aux défis du digital

«La révolution numérique nécessite l’émergence de nouvelles compétences dans nos entreprises», note Christophe Darbellay, chef du Département de l’économie et de la formation. L’inauguration du nouveau parcours d’études le réjouit particulièrement. «Il est complémentaire à celui en Informatique de gestion. En lien avec le Swiss Digital Center, il permettra au Valais de continuer à se positionner comme un pôle d’excellence en la matière.»

La création de ce centre de compétences est d’autant plus importante qu’elle répond à un réel besoin de l’industrie valaisanne. « Cette formation permet de leur proposer des ingénieur·e·s HES doté·e·s de compétences fortes, notamment en termes de numérisation et d’automatisation des processus », ajoute le chef de département.

Pionnière pour les compétences transversales

Les autres domaines d’activité ne sont pas en reste. « Plus généralement, les demandes des milieux économiques portent sur des compétences transversales comme le leadership, la communication interpersonnelle, l’innovation, la créativité, la pensée critique ou la négociation », relève Christophe Darbellay.

« Les formations Bachelor sous forme de Team Academy, uniques en Suisse, permettent notamment de les développer.» La haute école valaisanne fait d’ailleurs figure de pionnière en la matière et compte quatre cursus de ce type : Économie d’entreprise, Informatique de gestion, Soins infirmiers et Travail social.

Un plus pour l’innovation

Dans le même temps, le chef du Département de l’économie et de la formation se réjouit de voir que les étudiant·e·s sont de plus en plus en contact avec des entreprises locales au cours de leur cursus. « La formation et la recherche sont des moteurs du développement économique et social. Des liens forts entre ces deux pôles sont des vecteurs d’attraction économique pour des sociétés à la pointe de la technologie. »

Et ça paie ! Le canton se classe en effet en quatrième position de ceux qui accueillent le plus de start-up innovantes. « Toutefois, il reste du travail, reconnaît Christophe Darbellay, le monde évolue vite et le Valais aussi. Nous devons poursuivre nos investissements si nous souhaitons rester attractifs.Particulièrement dans les secteurs qui souffrent de pénuries de personnel comme la santé, les métiers techniques et informatiques, ainsi que le tourisme. »

> Propos recueillis par BERTRAND GIRARD pour le supplément «CAMPUS» du Nouvelliste

> Photo Sabine Papilloud

«Disposer de la place et des équipements nécessaires favorise la créativité.»

Après la Haute Ecole d’Ingénierie, la Haute Ecole de Santé et l’Ecole de Design et Haute Ecole d’Art déménageront ces prochaines années dans des locaux flambant neufs. Le directeur de la HES-SO Valais-Wallis François Seppey revient sur ces investissements.

Entre 350 et 400 millions de francs. C’est ce qu’aura investi le canton, d'ici à quelques années, pour construire de nouvelles infrastructures pour la HES-SO Valais-Wallis. La moitié de ce montant a déjà été engagé pour les emménagements de la Haute Ecole d’Ingénierie (HEI) sur le Campus Energypolis à Sion, et de la filière Physiothérapie dans ses nouveaux locaux à Loèche-les-Bains.

Deux autres projets majeurs sont déjà planifiés. A Champsec, le chantier du pôle Santé, qui rassemblera les cursus Bachelor en Soins infirmiers et les formations ES en Education de l’enfance et Maîtrise socioprofessionnelle, doit débuter tout prochainement. Au printemps, le Grand Conseil devrait se prononcer sur un créditd’objet pour le futur bâtiment de l’Ecole de Design et Haute Ecole d’Art ainsi que l’Ecole de couture prévu à Sierre.

Directeur de la HES-SO Valais-Wallis, François Seppey revient sur ces investissements.

Campus Energypolis, Sion

François Seppey, comment expliquez-vous ce soutien cantonal si important en quelques années ?C’est le fruit d’un travail qui dure depuis trente ans, avec la création de la plupart des écoles supérieures et l’ancrage du canton dans le paysage des hautes écoles. En 2015, les différentes entités existantes ont été rassemblées en une seule, autonome : la HES-SO Valais-Wallis. Il fallait dès lors que celle-ci puisse disposer d’outils de travail qui correspondent à ses besoins.De tels investissements, c’est tout de même un sacré signe de confiance !Le soutien du canton et des communes sites nous honore et nous engage. Il nous donne aussi une grande responsabilité implique que nos écoles soient correctement gérées et se développent. D’une certaine manière, nous devons aussi chercher à redonner à la société à travers l’utilité des projets de recherche que nous menons.

Qu’apportent réellement ces nouveaux bâtiments à vos futur·e·s diplômé·e·s ?Ils nous permettent de remplir notre mission de formation professionnalisante, en mettant à disposition des étudiant·e·s des outils qu’ils·elles retrouveront ensuite dans le monde du travail. Ces équipements servent aussi la recherche qui nourrit l’enseignement et lui permet de rester à jour et de correspondre aux besoins de l’économie, tout en facilitant le transfert de technologie vers le tissu socio-économique.

De l’extérieur, on a l’impression que le déménagement au Campus Energypolis a permis de créer une nouvelle dynamique au sein de la Haute Ecole d’Ingénierie. Qu’en pensez-vous ?Il ne faut pas négliger l’image de marque que renvoie ce campus, mais ça n’est pas la seule raison. Ce sont toujours les mêmes personnes qui y travaillent ! Mais quand vous évoluez dans un bâtiment dans lequel, physiquement, il n’y a pas beaucoup d’espace, il y a aussi moins de place pour de nouvelles idées. Vous êtes plus prudent, car vous vous retrouvez dans incertitude pouvoir mettre en œuvre vos projets. Disposer de la place et des équipements nécessaires favorise la créativité.

> Propos recueillis par BERTRAND GIRARD pour le supplément «CAMPUS» du Nouvelliste

> Photo Sacha Bittel

Réunion annuelle de la Swiss Society for Early Childhood Research

Matusz Paul, professeur au sein de la HES-SO, nouveau responsable du PhysioLab également membre du conseil d’administration de la Swiss Society for Early Childhood Research. Il a participé cette année à l’organisation du symposium « le bien-être de la famille – sortir de la pandémie » avec le département Femme-Mère-Enfant du CHUV/UNIL dirigé par les Profs Anne-Sylvie Ramelet et Antje Horsch avec leurs équipes et la Prof Novena Dimitrova de la HETSL.

Le but de la « Swiss Societabfor Early Childhood Research» est d’approfondir la recherche en Suisse sur la petite enfance. Elle promeut la formation de futures générations de chercheur-euses, la mise en réseau national et international, l’échange et la diffusion d’information et connaissances, le dialogue interdisciplinaire et avec le public. En son sein, l’on retrouve une équipe interdisciplinaire, regroupant éducateurs-trices, infrimier-ères, médecins, psychologues et neuroscientifiques.

Le programme était constitué de divers présentations et exposés dans le domaine de la santé pédiatrique, sur le développement neurologique précoce dans une pandémie, la méditation et pleine conscience chez les adolescents née prématurément, l’eyetracking et la résonnance magnétique afin d’adapter les interventions précoces chez les enfants souffrant de troubles autistiques et comment la neuroimagerie permet de mieux comprendre le traitement émotionnel chez les adolescents avec des troubles du comportement.

De son côté Paul Matusz a présenté un exposé sur la manière dont l’intégration des avancées de la psychologie cognitive et de la neuro-imagerie peuvent aider à identifier les mécanismes guidant la réhabilitation sensorielle et cérébrale dans le cas de troubles du développement de la vision, comme l’amblyopie (œil paresseux). Cet exposé a permis de comprendre comment les neurosciences peuvent aider la réhabilitation et la physiothérapie.

Il a également lancé un nouveau groupe d’intérêt spécial (SIG) intitulé « Recherche et neurodéveloppement » qui sera le premier réseau de ce type en Suisse. Son but étant de conduire à des échanges d’étudiants entre laboratoire, collaboration de projet et des recherches communes sur des question de santé et développement de l’enfant.

Pour plus d’information sur les présentations du symposium, nous vous invitons à suivre la page twitter de Paul qui publie sur le sujet.

Observer ses patients grâces aux outils de la formation en art et techniques hypnotiques

Marc Engel physiothérapeute indépendant à Sion nous fait un retour sur la formation CAS en Art et techniques hypnotiques dans les domaines de la Santé et du Travail social qu'il a terminé en 2019.

"Ma motivation à suivre le CAS en art et techniques hypnotiques avait 2 buts : pour moi-même je souhaitais essayer un outil pour essayer de mieux gérer mon mauvais stress. Pour mes patients j'espérais que ce soit quelque chose qui puisse faciliter leur réadaptation en leur donnant confiance en leurs potentiels.

Cette formation a été une nette plus value pour mon entreprise car ma motivation à suivre ce CAS et ses buts ont été confirmés par la suite. De plus j'ai constaté que la relation thérapeutique en était nettement facilitée. J'ai aussi été beaucoup plus attentif aux signes de communication de mes patients. L'efficience de la réadaptation était très clairement améliorée car plus rapide.

L'outil le plus pertinent pour mon secteur d'activité est sans hésiter l'hypnose conversationnelle.

Mon message pour les futurs étudiants est simple : la médecine basée sur les faits (EBM) c'est important mais on passe à côté de beaucoup de choses car chaque patient est unique, chaque patient a ses propres ressources, il suffit d'observer et observer. Cette formation en art et techniques hypnotiques vous proposera des outils précieux pour cela."

Le prochain démarrage est prévu le 16 mars 2023 et nous vous invitons à vous inscrire jusqu'au 31 janvier 2023. Pour plus d'information, consultez la page de notre site internet ici.