HES-SO Valais-Wallis - Haute Ecole de Gestion – HEG




Actualités

Crédit photo : geralt sur Pixabay Comme l'an dernier, l’Institut Tourisme de la HES-SO Valais-Wallis et le groupe « Cultures et natures du tourisme » de l’Institut de géographie et durabilité de l’Université de Lausanne (UNIL) s'associent cet automne pour organiser un cycle de conférences intitulé « Tourisme en transition : vers un changement de paradigme ? ».Les conférences aborderont  spécifiquement les quatre thématiques du surtourisme dans les villes, de l'évolution des pratiques d’hébergement, de la transition écologique et du changement climatique. Ce sont autant d’enjeux qui, bien avant la crise sanitaire, interrogeaient déjà nos modèles de développement touristique. Le cycle de conférence a pour but d'encourager les échanges et les débats sur ces enjeux, que la crise a mis en exergue, ainsi que sur les difficultés et potentiels qu’ils représentent pour nos régions.Les deux premières conférences se tiendront uniquement en ligne via Zoom. Le lien de connexion sera transmis aux personnes inscrites le jour de la conférence.Les conférences28 septembre 2021 | 19h00 | en ligne (via Zoom)Florian Eggli, Université de Lausanne & Haute école de LucerneContre point : Olivier Epars, Fondation des GrangettesVivre avec le tourisme à Lucerne. Comment habiter un lieu touristique ?Plus d'informationsFormulaire d'inscription 12 octobre 2021 | 19h00 | en ligne (via Zoom)Emmanuel Fragnière & Roland Schegg, HES-SO Valais-WallisContre point : Alain Becker, Association Romande des HôteliersL’avenir des hôtels urbainsPlus d'informationsFormulaire d'inscription 09 novembre 2021 | 19h00 | HES-SO Sierre, Aula Bellevue (à confirmer)Sandra Grèzes & Vincent Grèzes, HES-SO Valais-WallisContre point : Nicolas Bezençon, AGRIDEAConcevoir un système culinaire durable et circulaire en Valais 23 novembre 2021 | 19h00 | UNIL site de Sion, salle LORO (à confirmer)Philippe Bourdeau, Université Grenoble AlpesContre point : Arthur Clivaz, Vercorin Tourisme SALes territoires de montagne face aux transitions touristiques

Les partenaires valdôtains et valaisans ont développé dans le cadre du projet Typicalp (Typicité, Innovation, Compétitivité pour les produits laitiers alpins) un prototype de laboratoire mobile permettant la fabrication de fromage. Réalisé en collaboration avec la société SP Groups SA à Martigny spécialisée dans l’ingénierie industrielle, cet outil composé de deux conteneurs maritimes permettra aux fromageries d’alpage devant rénover et mettre aux normes à grands frais leur fromagerie, de disposer d’un outil de production fonctionnel, respectant les normes d’hygiène et ceci, à des coûts moins élevés que lors d’une rénovation.L’objectif des partenaires du projet Typicalp a été de développer un outil de production et de vente facilement adaptable qui permettrait de répondre à plusieurs besoins : nécessité de mise aux normes d’une fromagerie d’alpage, laboratoire, outil pour les écoles et fromageries de démonstration, vente directe. L’adaptabilité a ainsi été le maître mot dans le développement de modules qui pourront s’adapter selon l’utilisation voulue : production de fromage, lait, beurre, yaourts, glaces. Un cahier des charges détaillé, réalisé par la HES-SO Valais-Wallis et les partenaires italiens, a été transmis à SP Groups qui s’est chargé de la conception des conteneurs réalisés en Italie. De nombreux paramètres ont été analysés, tels que la gestion des flux et le choix des énergies et des équipements. Assurer la qualité des fromages d’alpageUn autre objectif du projet était de cartographier la typicité des fromages sur base de leurs caractéristiques sensorielles, dont le profil aromatique. Un des problèmes constatés est que sur le même alpage, les méthodes de travail varient énormément selon les personnes et leur expérience. Il est ainsi difficile d’assurer une qualité et une typicité régulière du fromage. Afin de pallier ce problème et d’assurer une qualité constante dans les processus de production, un modèle de traçabilité et une méthodologie ont été définis. Ils offrent des outils simples sous forme de fiches techniques de différentes procédures fiables à suivre pour la traite et la fabrication et la méthodologie proposée se compose également d’un arbre décisionnel en fonction des seuils critiques de paramètres clés à ne pas franchir.Outils technologiques  En outre, En partenariat avec l’Agroscope à Liebefeld, des analyses systématiques pour la détection des Staphyloccocus aureus – variant GTB – associées au comptage des cellules du lait par un kit de diagnostic rapide ont permis le dépistage précoce des mammites et la mise en place de procédures préventives pour garantir à la fois l’état sanitaire des troupeaux et la qualité du lait.qui ont un impact considérable sur les revenus des producteurs. L’innovation par le développement d’un nouveau kit d’analyse simple, rapide, spécifique et sensible devrait permettre de soutenir d’avantage les producteurs de fromage.  Partenariats multiplesCe projet est réalisé grâce au programme européen Interreg Italie-Suisse,  en collaboration avec les Instituts Technologie du vivant, Informatique de gestion et Entrepreneuriat & management de la HES-SO Valais-Wallis, le Service cantonal de l’agriculture, la société d’ingénierie industrielle SP Groups, l’entreprise de services spécialisée dans la traçabilité Unique Trace, l’entreprise Olmix, spécialisée dans les amendements de sols à base d’algues, ainsi que l’entreprise de matériel agricole MIRO. Côté Italien, le projet est piloté par l’Institut Agricole Régionale d’Aoste et réalisé avec ses partenaires, comprenant la Région Autonome du Val d'Aoste - Département Agriculture, la Chambre de Commerce et des Métiers du Val d'Aoste et la Fondation Links – Leading Innovation & Knowledge for society.

Grâce à une mini-turbine innovante développée en Valais, la commune de Savièse récupère désormais l’énergie d’une partie de son eau potable. Cette mini-turbine, baptisée Duo Turbo, a été créée par un consortium de PME valaisannes, la HES-SO Valais-Wallis et l’EPFL. Le projet a été financé par les PME, la Fondation The Ark et un projet InnoSuisse. L’installation, en fonction depuis l’été 2019, a fait ses preuves et pourra faire des émules ailleurs en Suisse. Elle vient d’être transmise officiellement à la commune de Savièse, qui poursuivra son exploitation.  « L’énergie est un domaine crucial pour le canton du Valais, et Savièse s’y investit avec plaisir. Pour nous, c’est une fierté d’avoir pu contribuer à la création de cette mini-turbine avec des partenaires locaux. C’est une fierté d’autant plus grande que la technologie va maintenant aboutir à un modèle commercialisable », a précisé Sylvain Dumoulin, président de Savièse, lors de la cérémonie de remise des clés de l’installation à mi-septembre dernier.L’idée de la turbine Duo Turbo a germé en 2013 déjà. Le cœur de l’installation est une mini-turbine développée entièrement en Valais. Celle-ci est constituée de deux roues qui tournent en sens contraire, placées directement dans l’axe de la conduite d’eau potable. « Cela permet de maximiser la récupération d’énergie de l’eau », souligne la professeure HES-SO Valais-Wallis Cécile Münch-Alligné, l’une des chevilles ouvrières du projet.Une installation « made in Valais », construite de zéro Après une phase de développement de la turbine dans le laboratoire de la HES-SO Valais-Wallis, elle a été mise en place en été 2019 à Savièse. « L’installation a été construite de zéro », rappelle Steves Caloz, directeur de Telsa SA, l’une des PME partenaires du projet avec Jacquier-Luisier SA et Valelectric-Farner SA.Après deux ans de mesures et près de 15'000 heures de fonctionnement, l’installation a fait ses preuves. La mini-turbine et ses génératrices sur mesure ont un rendement total de 59 % et génèrent plus de 12 MWh d’électricité par année. « Il s’agit d’un très bon rendement pour ce type d’installation », précise Cécile Münch-Alligné.Outre la production d’énergie, cette turbine permet également de réguler la pression dans le réseau d’eau potable et d’éviter d’ajouter des coupe-pressions supplémentaires sur le réseau. C’est un avantage certain pour la commune de Savièse, en plus de pouvoir produire de l’énergie renouvelable. La turbine peut être également très utile pour fournir de l’électricité sur un site hors du réseau électrique ou comme pompe-turbine destinée à optimiser la gestion de l’eau dans les réseaux maillés.  D’autres turbines de ce genre déjà en fonction A mi-septembre dernier, la turbine a été officiellement remise par le consortium à la Commune de Savièse. Cette dernière bénéficie donc d’une installation clé en mains, dotée d’un système de contrôle à distance.  « La robustesse de la technologie est maintenant démontrée », selon Cécile Münch-Alligné. Une seconde turbine de ce type est d’ailleurs en fonction à Médières (Val de Bagnes) et une troisième sera installée prochainement à Pully.Un partenariat a été mis sur pied récemment entre Telsa SA, Jacquier-Luisier et Altis SA (gestionnaire de réseaux d’eau et d’énergies), pour mettre en commun leurs compétences et collaborer à la commercialisation de la turbine Duo Turbo, en collaboration avec la HES-SO Valais-Wallis.