HES⁠-⁠SO Valais-Wallis – Hochschule für Wirtschaft – HEG


Forschungsinstitute und Forschungseinheiten

Kein Institut zum Anzeigen.


Forschungsprojekte

Kein Forschungsprojekt zum Anzeigen.


News

Remise des diplômes 2022 du MAS HES-SO en Quality & Strategy Management

Vendredi 11 novembre dernier a eu lieu la cérémonie de remise des diplômes de la formation MAS HES-SO en Quality & Strategy Management. 23 diplômé∙e∙s ont reçu leur précieux sésame à Montreux, que ce soit par un diplôme de type CAS, DAS ou MAS. La cérémonie s’est déroulée dans un lieu atypique qu’est le NED Club, à la base un espace dédié à des concerts. 

Cette formation, composée de 4 CAS, a été lancée en 2008 sous la forme d’un MAS. Elle compte aujourd’hui environ 250 alumni, qui ont suivi une partie ou l’entier de la formation. Car la particularité de ce programme est la possibilité de ne suivre qu’une partie, par exemple un CAS (Certificate of Advanced Studies) sur un semestre, ou l’ensemble pour tenter d’obtenir un diplôme MAS (Master of Advanced Studies). 

Cette formation touche les thématiques du management par la qualité, de la gestion des performances, de l’innovation ou de la transformation (gestion du changement). Elle permet aux managers d’acquérir les bonnes pratiques et les outils nécessaires pour piloter une entreprise, la gérer, la transformer, mais aussi pour savoir guider les équipes et acquérir les bonnes postures de leader. 

La cérémonie de remise des diplômes 2022 fût l’opportunité de mettre en avant ces diplômés, mais aussi leur entourage, et de les féliciter pour leur succès et relever leur engagement durant leur formation. Car suivre une formation sur plus de 2 ans nécessite une bonne organisation entre vie personnelle, professionnelle et études. 

Organisation et Structure

Le MAS est porté conjointement par Daniel Amrein, professeur HES, responsable académique, et par Béatrice Girod Lehmann, responsable exécutive. L’équipe est complétée par Alain Pillet, référent des CAS 3 et 4, et par Letizia D’Angelis pour l’administration. 

Le MAS est composé des 4 CAS suivants : CAS en Management par la Qualité, CAS en Management des Performances, CAS en Management de l’Innovation et CAS en Management de la Transformation. Le programme complet dure 2 ans ½, dont 6 mois de travail de MAS. La formation est orientée mise en pratique, à travers notamment des travaux d’évaluation appliqués dans le contexte des organisations des participants. 

Points forts

Les outils et méthodes directement applicables sont l’un des points forts de la formation. Les échanges entre les participants, qui proviennent de milieux professionnels parfois très disparates, sont riches. 

La formation met également l’accent sur l’expérientiel, à travers des visites d’entreprises, des camps sur plusieurs jours qui permettent d’être en immersion dans une thématique spécifique. 

Conditions d’admission

Sont admissibles en voie directe les personnes titulaires d’un diplôme bachelor HES ou universitaire. Les personnes possédant d’autres types de diplômes peuvent déposer un dossier qui sera examiné par le conseil d’admission. Une expérience professionnelle d’au moins 4 ans est exigée. 

+ d'infos

Cyberlearn – le centre de compétences e-learning de la HES-SO

Depuis l’institut Informatique de la HES-SO Valais-Wallis, le centre de compétences e-learning de la HES-SO opère depuis Sierre. Cyberlearn fournit des prestations e-learning à toutes les écoles du réseau HES-SO comptant plus de 28'000 utilisateur-trice-s par jour accédant à plus de 8'000 cours en ligne.

Des conférences pour le corps enseignant de la HES-SO

Cyberlearn organise également des cycles de conférence pour l’ensemble du corps professoral des HES-SO afin de réfléchir via des ateliers à l’amélioration constante des pratiques en matière d’e-learning. Ces cycles de conférence sont entièrement gratuits et permettent également aux professeur-e-s de se rencontrer et d’échanger sur leur pratique de l’enseignement et de la digitalisation.

Conférence du 5 décembre : des contenus d’apprentissage réalisés par les étudiant-es pour les étudiant-es

La disponibilité d'outils numériques performants s'accélère dans tous les domaines de notre vie. Les technologies se simplifient considérablement et deviennent accessibles à une large communauté d'utilisateurs. L'éducation ne fait pas exception à la règle. Il n'est ainsi guère surprenant que les étudiant∙es commencent à créer des contenus d'apprentissage numériques pour eux-mêmes et pour les autres étudiant∙es. Alors que les antisèches et les résumés de cours étaient autrefois partagés, la mise à disposition et l'échange s'étendent désormais bien plus profondément dans le processus d'apprentissage. Des vidéos, des quiz et des animations réalisés par les étudiant∙es enrichissent l'enseignement moderne. Dans certains modules, les étudiant∙es prennent déjà la place des enseignant∙es. Les formats courts d'apprentissage, comme les Flashlearns mis à disposition par la HES-SO, permettent de produire et de partager efficacement de tels contenus. Produits par les étudiant∙es pour les étudiant∙es.

La communauté Cyberlearn consacre la première édition de son nouveau cycle de conférences au thème du Learner Generated Content. Les participant∙es discuteront de leurs premières expériences sur ce thème encore jeune. Les meilleures pratiques de l'enseignement illustreront le changement de paradigme. Des témoignages esquisseront le potentiel et les limites de cette forme d'enseignement. Les étudiant∙es apprennent-ils mieux avec des contenus créés par les étudiant∙es ? Les cours peuvent-ils entièrement être construits avec ce type de contenus ? Quels sont les rôles des enseignant∙es ? Ces défis seront approfondis lors de la conférence. Il s'agira notamment aussi de donner la parole aux étudiant∙es.

Programme

15h30 - Accueil à Mozaïk Fribourg

15h50 - Mot de bienvenue

16h00 - Ateliers

David Billard : Renforcer le socle de connaissances de base par le coaching d’étudiants par des étudiant∙es, retour d’expérience du coding-dojo de la HESGE Genève Fabien Degoumois : Comment combler les lacunes transversales d’une classe hétérogène, atelier pratiqueAriane Dumont : Voix étudiantes pour stratégies d’apprentissage efficace, un projet ROC du domaine ingénierie et architectureEloïse Morisod, Joseph Baud-Grasset et Vincent de Vevey : Les valeurs du microlearning présentées à l’exemple du projet MILID (Microlearning for Information and Data)Jean-François Van De Poel : Le rôle des étudiant∙es dans l’hybridation des coursJeff Zufferey : Expérimenter le Serious Game à travers de différents médias  

17h20 - Synthèse des ateliers

17h30 - René Graf : Carte-blanche au Vice-recteur Enseignement

18h00 - Thomas Steiner : eXtreme Learning

18h30 - Sébastien Mettraux : Apprentissage par les pairs dans un Master interdisciplinaire - De la différenciation pédagogique à la transmission du savoir par les étudiant∙es

19h00 - Mot de la fin

19h30 - Apéritif dinatoire

Lieu

Mozaïk, Rte des Arsenaux 16A, 1700 Fribourg

InscriptionSi vous disposez d’un compte Cyberlearn / edu-ID : https://cyberlearn.hes-so.ch/mod/questionnaire/complete.php?id=1894237 sinon par mail à cyberlearn@hes-so.ch en nous indiquant votre préférence pour deux ateliers ainsi que vos coordonnées

La participation est gratuite. La présence aux ateliers et aux conférences est validée comme demi-journée didactique DEVPRO. 

Contact

Team Cyberlearn

+41 58 606 90 17

cyberlearn@hes-so.ch

Comment adapter une entreprise au style de vie des nomades numériques ?

Dans le cadre de son Bachelor en Tourisme à la HES-SO Valais-Wallis, Selina Hofmann a étudié l'intégration à long terme des nomades numériques dans les entreprises. Après avoir recherché et établi la littérature existante, six entretiens qualitatifs ont été menés auprès d'entreprises internationales, allant de la PME à la grande entreprise. Cette diversité d'opinions et de points de vue a permis d'élaborer un plan d'action que les entreprises peuvent utiliser pour embaucher des nomades numériques comme employés à long terme.

Le nomadisme numérique en bref

La mondialisation et les progrès technologiques facilitent de nombreux aspects de la vie, comme les voyages et l'innovation. Par conséquent, ils ont également contribué à la création et à l'évolution du mode de vie connu sous le nom de nomadisme numérique. Les nomades numériques sont des individus indépendants de tout lieu qui unissent travail numérique et voyage (Haking, 2018). Plus précisément, "le terme "nomade numérique" désigne une classe rapidement émergente de professionnels très mobiles, dont le travail est indépendant du lieu. Ainsi, ils travaillent tout en voyageant de manière (semi-)permanente et vice versa, formant un nouveau style de vie mobile " (Hannonen, 2020). Trois éléments constituent le nomadisme numérique :

le travail numérique, qui est l'utilisation des technologies à des fins professionnelles ;l'indépendance géographique, définie comme la capacité de travailler de n'importe où sans restriction spatiale ;le wanderlust, connu comme le désir d'explorer le monde (Stickel, 2020).

Parfois considéré comme une extension du travail à distance, l'engagement volontaire dans le voyage transforme le travail indépendant du lieu en un style de vie (Thompson, 2018 ; Hannonen, 2020).

Une nouvelle façon de travailler

Ce phénomène ne cesse de croître, d'autant plus avec la pandémie COVID-19 qui a accéléré la standardisation et le passage au travail à distance, amplifié la tendance au travail flexible et normalisé le nomadisme numérique (de Almeida, Correia, Schneider, & de Souza, 2021 ; MBO Partners, 2020 ; Hermann & Paris, 2020)). En fait, les entreprises sont rapidement passées par la transformation numérique et ont adopté un modèle de travail à distance qui reste encore aujourd'hui ancré dans leurs pratiques de travail (Savić, 2020). Le travail à distance est devenu la norme et tant les employeurs que les employés ont remarqués des avantages indéniables, parmi lesquels le plus important est la flexibilité. En fin de compte, un changement d'état d'esprit s'est opéré et les gens exigent désormais que le travail à distance fasse partie intégrante de leur vie professionnelle. Cela représente une occasion en or pour les entreprises d'innover, de se différencier sur le marché et de rester un employeur attrayant.

Une situation gagnant-gagnant

Bien que la principale raison de devenir un nomade numérique soit la liberté, celle-ci peut être restreinte avec l'absence d'un employeur à long terme et d'un revenu stable (Haking, 2018 ; Thompson, 2018). Leur mise en place dans une entreprise pourrait être bénéfique pour soulager ces points de douleur, mais aussi pour les entreprises en termes de productivité, d'innovation et de réduction des coûts entre autres. De plus, les nomades numériques possèdent un ensemble de compétences inégalées qui constituent également un grand avantage pour les employeurs. Enfin, passer à un modèle de travail à distance permettrait également de satisfaire les désirs des employés, notamment ceux de la nouvelle génération qui arrive sur le marché du travail (Frick & Marx, 2021 ; Stickel, 2020).En conclusion, ce modèle de travail représenterait une situation gagnant-gagnant pour les employeurs et les employés. Les employés auraient plus de liberté et de flexibilité pour voyager et vivre une vie épanouie tout en gagnant un revenu stable, et les employeurs bénéficieraient de tous les avantages susmentionnés que le travail à distance et le nomadisme numérique apportent. Ces avantages peuvent également conduire à la pleine réalisation des valeurs de l'entreprise ainsi qu'à l'accomplissement des objectifs commerciaux.

Le chemin vers le sommet

En combinant des recherches approfondies et des entretiens en ligne, un plan d'action a été élaboré. Il contient cinq étapes pour une mise en œuvre efficace des nomades numériques dans une entreprise.

Première étape

La première étape fondamentale pour qu'une entreprise passe à un modèle de travail à distance est l'adoption de divers outils numériques, la numérisation des processus de travail et une convivialité technologique globale. Ces éléments sont cruciaux pour faire fonctionner le travail à distance, puisque 100 % du travail est effectué en ligne grâce à la technologie. Pour une efficacité maximale, différents outils informatiques doivent être utilisés, chacun avec des objectifs spécifiques, afin de gagner en efficacité. Essentiellement, la numérisation des pratiques de travail et l'utilisation des nouvelles technologies à l'avantage des entreprises sont ce qui leur permet de travailler à distance et efficacement.

Deuxième étape

Pour que l'entreprise soit adaptée aux besoins des nomades numériques, elle doit également adopter des pratiques commerciales adaptées à ces derniers. Il s'agit notamment de la gestion du travail à distance, des différences de fuseaux horaires, des heures de travail distinctes en raison des déplacements, etc. L'une des meilleures pratiques pour le travail à distance et pour gérer les problèmes qui y sont liés est l'asynchronie, ce qui signifie que chaque employé a ses propres heures de travail et que tout le monde n'est pas sur une base 8h-17h. Parmi les autres pratiques commerciales favorables aux nomades numériques, citons une communication écrite efficace, une bonne gestion, des attentes claires et des avantages sociaux conformes au travail à distance. Par exemple, assurer un bon espace de travail à ses employés en payant pour l'aménagement de leur bureau ou en offrant une adhésion à un espace de co-working. Une autre pratique controversée qui devrait être normalisée et mise en œuvre est l'accent mis sur la productivité plutôt que sur les heures de travail. Tant que les résultats attendus sont atteints, les employés ne devraient pas être pénalisés s'ils accomplissent leur tâche en trois heures plutôt qu'en huit. Si l'on donne aux employés un travail intéressant qu'ils aiment faire, la productivité et l'efficacité des tâches s'en trouvent accrues. Enfin, être en conformité avec la loi en enregistrant l'entreprise dans le pays d'accueil des employés, par exemple, est également un élément important de cette étape.

Troisième étape

La conceptualisation d'un processus de recrutement efficace est le troisième élément de la pyramide. Chaque entreprise doit concevoir son propre processus de recrutement personnalisé, en rupture avec les approches traditionnelles et en adéquation avec ses valeurs, afin d'augmenter les chances de trouver les profils les plus compatibles. Pour identifier ces profils, le processus de recrutement doit permettre de montrer comment les candidats aiment travailler, comment ils fonctionnent et ce qu'ils pensent être nécessaire. Ce processus doit être capable de détecter l'authenticité des personnes. Les possibilités comprennent, sans s'y limiter, les tests de personnalité, les tests de préférence de travail, le test Pymetrics ou simplement une conversation informelle.

Quatrième étape

Pour compenser l'absence de communication physique, il convient d'établir une stratégie efficace de communication informelle et d'échanges sociaux. Une approche réussie est la pratique de rassemblements annuels où toute l'équipe se retrouve et échange. Ces rassemblements ont généralement lieu dans un lieu international et servent à renforcer la cohésion de l'équipe, à apprendre à connaître les collègues et à s'identifier plus fortement à l'entreprise. Ils peuvent durer quelques jours au cours desquels plusieurs activités de renforcement de l'esprit d'équipe ont lieu ainsi que des discussions constructives sur les pratiques de l'entreprise, ce que les gens apprécient et ce qui pourrait être amélioré. Même si de tels rassemblements ont un coût, il s'agit d'une pratique très efficace qui permet des échanges sociaux au sein de l'équipe. De plus, l'entreprise peut personnaliser elle-même la conceptualisation et le déroulement de ces rencontres, afin de répondre à ses besoins et à ceux de ses employés. D'autres idées pour pallier le manque de contacts sociaux pourraient consister à regarder un film en même temps que les collègues, à pratiquer un sport ensemble à distance, à jouer ensemble à un jeu en ligne, à faire un concours ou autre chose en rapport avec leur secteur d'activité.

Cinquième étape

Enfin, et ce n'est pas le moins important, ce qui complète l'ensemble du processus, c'est que l'entreprise ait le bon état d'esprit. Un état d'esprit de compréhension, d'ouverture et, surtout, basé sur la flexibilité et la confiance est la clé d'une mise en œuvre très efficace du style de vie nomade numérique dans une entreprise. Aider les employés à atteindre leur plein potentiel (Stickel, 2020), être ouvert à de nouvelles façons de faire les choses et développer une large connaissance de la technologie ne sont que quelques composantes de cet état d'esprit qui devrait être profondément ancré dans la culture de l'entreprise. Néanmoins, un tel état d'esprit est propre à chaque entreprise et à chaque personne et peut être adapté en fonction de ses valeurs et de son modèle d'entreprise.

Prêt à relever le défi ?

Bien que chaque entreprise doive décider elle-même si elle est prête et a la volonté d'inclure des travailleurs à distance dans son entreprise, l'utilisation de la technologie dans le monde d'aujourd'hui ne doit pas être négligée. Les entreprises doivent désormais tirer parti de la technologie simplement pour rester un acteur actif. Elles ont dû passer à un modèle de travail à distance pour assurer leur survie en raison de la pandémie. Par conséquent, en accueillant des tendances telles que le nomadisme numérique, les entreprises ne se distingueront pas seulement des autres entreprises ou ne répondront pas aux désirs de la main-d'œuvre, mais elles se doteront également d'un avantage indéniable pour surmonter les défis futurs et faire partie des pionniers de l'avenir du travail.

> Contact : Selina Hofmann

Une conférence sur la résilience des systèmes d’information pour se préparer aux crises

L’institut Informatique de la HES-SO Valais-Wallis co-organise avec Cimark SA la Swiss Digital Conférence qui aura lieu le vendredi 27 janvier 2023 au Swiss Digital Center à Sierre. Des systèmes d’information résilients sont-ils la clé pour assurer la sécurité des PME et la continuité des services à la population ?

Les systèmes d’information sont omniprésents dans nos vies quotidiennes

La plupart des services que nous utilisons fonctionnent grâce à des réseaux d’ordinateurs qui collectent, stockent, traitent et distribuent des données. Ce système d’information permet de rendre accessibles de manière fiable et rapide de nombreux services tels que les paiements en ligne, la signalisation routière, le fonctionnement d’une pompe à essence, la demande d’un document officiel auprès d’une administration publique ou le stockage de nos photos de vacances sur un serveur distant. Tant de choses que nous utilisons tous les jours sans y penser car ces services fonctionnent parfaitement.

Complexification des systèmes et fragilisation de nos modes de vie

Toutefois, ces systèmes d’information se sont complexifiés avec les années et se sont donc également fragilisés. Les algorithmes informatiques utilisés par notre banque, notre réseau social préféré ou notre application mobile météo sont hébergés sur des serveurs informatiques sur internet. Ainsi, une panne d’électricité dans un centre de données en Allemagne pourrait empêcher une entreprise suisse de procéder au paiement des salaires ou à une entreprise de transport d’avoir des données suffisamment fiables pour éviter un accident, clouant sa flotte au sol. Une telle panne pourrait aussi nous empêcher de payer par carte bancaire nos achats de Noël ou même d’accéder à notre argent via un distributeur bancaire.

La résilience pour se préparer

Bien que d’apparence radicales dans une Suisse technologiquement et économiquement très développée, ces hypothèses semblent aujourd’hui moins insolites. Cyberattaque, panne d’électricité, rupture d’approvisionnement de matières premières à cause d’un conflit, absentéisme dû à une pandémie ou à un événement climatique extrême : il existe de très nombreux facteurs qui peuvent affecter un système d’information et donc nos modes de vies, notre manière de consommer, de payer, de profiter de nos loisirs ou de travailler. La résilience, soit la capacité à revenir sur sa trajectoire après un choc, est un concept nécessaire pour penser la reprise ou la continuité de nos activités après qu’elles aient été stoppées par un phénomène inattendu. Afin de répondre aux nombreuses questions que se posent les citoyennes et les citoyens ainsi que les responsables d’entreprise, la 17e Swiss Digital Conference à Sierre se concentre sur la question brûlante de la résilience. Comment se préparer et préparer son entreprise à l’inaccessibilité de son système d’informations ?

Des PME face aux risques multiples

Les PME, en Suisse comme ailleurs, sont de plus en plus tributaires des systèmes d’information et de communication pour faire fonctionner leurs affaires et pour communiquer. La digitalisation, qui progresse jour après jour au sein des sociétés, renforce cette dépendance. Or, ces systèmes d’information et de communication ne sont souvent pas développés localement et peuvent comporter des fragilités, et donc des risques. Des systèmes plus résilients, capables d’anticiper les pénuries (énergies, données, ...) et les failles de sécurité, pourraient être la clé pour répondre à ces défis et permettre aux PME de conserver, en tout temps, leur capacité de fonctionnement.

Des orateur-trice-s de haut-vol et des exemples concrets pour avancer

Grâce à des exemples concrets, les partages des différent-e-s orateur-trice-s seront sans aucun doute source d’inspiration et de réflexion pour la population, les responsables de PME et le monde économique en général. Le journaliste Romain Boisset sera le modérateur de la conférence et permettra d’ouvrir le débat autour du sujet. Les conférencier-ère-s aborderont des thématiques comme l’importance de la résilience pour les PME suisses, sa complexité et vulnérabilité, le point de vue des fournisseurs de logiciels, les risques humains ainsi que le rôle du hacking éthique. Comprendre comment un système informatique continue à fonctionner en cas de panne, d'incident, de pénurie, de piratage ou d'augmentation des opérations commerciales est primordial pour la sécurité des entreprises. Des orateur-trice-s venu-e-s d’entités telles que les HUG, Netplus.ch ou l’Office fédéral pour l’approvisionnement économique du pays, viendront partager leurs expériences en lien avec la résilience des systèmes d’information.

Programme et inscription www.swissdigitalconference.ch

Les prochaines séances d'information

table.GeneratedTable { width: 100%; background-color: #ffffff; border-collapse: collapse; border-width: 1px; border-color: #400040; border-style: solid; color: #000000; line-height: normal; } table.GeneratedTable td, table.GeneratedTable th { border-width: 1px; border-color: #400040; border-style: solid; padding: 4px; } table.GeneratedTable thead { background-color: #0076b3; color: #ffffff } a:link { color: #0080ff; } /* lien visité */ a:visited { color: #0066cc; } /* souris sur le lien */ a:hover { color: #1980e6; } /* lien sélécté */ a:active { color: #318ce7; } Séances d'information

La HES-SO Valais-Wallis organise régulièrement des séances d’information sur ses offres de formation. N'hésitez pas à vous inscrire en cliquant sur le nom de la formation afin d'en savoir plus :

FormationsProchaine(s) date(s)Arts visuels15.01.2023 / 12.02.2023 / 26.03.2023Economie d'entreprise24.11.2022 / 06.12.2022 / 15.12.2022Informatique de gestion22.11.2022 / 06.12.2022 / 13.12.2022Tourisme23.11.2022 / 06.12.2022 / 14.12.2022Systèmes industriels30.11.2022 / 01.02.2023 / 04.02.2023 / 25.03.2023 / 29.03.2023 / 29.04.2023Energie et techniques environnementales01.02.2023 / 04.02.2023 / 25.03.2023 / 29.03.2023 / 29.04.2023Informatique et systèmes de communication02.02.2023 / 04.02.2023 / 15.03.2023 / 25.03.2023 / 29.03.2023 / 27.04.2023Technologies du vivant02.02.2023 / 04.02.2023Soins infirmiers14.12.2022 / 11.01.2023 / 15.02.2023 / 15.03.2023 / 05.04.2023 / 10.05.2023Physiothérapie13.12.2022 / 19.12.2022 / 12.01.2023Travail social10.01.2023 / 23.03.2023 / 20.06.2023 / 07.09.2023 / 07.11.2023Maîtrise socioprofessionnelle ES02.02.2023Education de l'enfance ES02.02.2023Etudiant·e d'un jour

Plonge au cœur de la HES-SO Valais-Wallis et vis la journée d’un·e étudiant·e dans la filière de ton choix avec le programme «Etudiant·e d'un jour»