FR

Plans d'action, ressources et formations

Documents de référence

Plans d'action

Guides pratiques

Formations DevPro

Le centre de développement professionel de la HES-SO propose différentes formations en lien avec l'égalité et la diversité. Les inscriptions se font direcement sur le site DevPro. Actuellement, certaines formations ne sont pas au programme et n'apparaissent pas sur la page le site DevPro. N'hésitez pas à nous écrire si vous souhaitez plus d'informations sur les prochaines dates auxquelles une formation sera organisée ou pour demander l'organisation d'une formation pour un public spécifique.

Intervenant·es : Stéphanie Janin, formée au théâtre Forum, enseignante dans la formation professionnelle à la Manufacture de Lausanne; Amel Mahfoudh, adjointe scientifique, Haute Ecole de Travail Social, HES-SO Valais/Wallis; Emmanuelle Guillaume-Gentil, assistante-Doctorante, Haute Ecole de Travail Social et de la Santé Lausanne

Public cible : Personnel de l’enseignement et de la recherche (PER), ainsi que les intervenant·es externes, quel que soit le domaine d’enseignement.
Niveau : Pour toutes et tous

Le module de formation continue « Co-construire une pédagogie de l’égalité » propose de répondre de manière innovante aux défis de l’intégration du genre et de la diversité dans les enseignements de la HES-SO. 

Les participant·es (enseignant·es et chercheur·es) sont invité·es à réfléchir aux inégalités qui se manifestent et sont reproduites à travers les pratiques, dispositifs ou postures pédagogiques. Le module se concentrera principalement sur les inégalités liées au genre (entendu en termes d’inégalités hommes-femmes ou de discriminations des personnes LGBTQI) et à leur imbrication avec d’autres rapports sociaux (notamment le racisme). Le module vise à co-construire avec les participant·es une posture pédagogique non-sexiste et ouverte à la diversité. Il propose d’accompagner les participant·es dans une démarche réflexive sur leurs pratiques et contenus pédagogiques qui peuvent participer à la reproduction d’expériences de formation inégalitaires pour les étudiant·es.

Contenu

Le dispositif pédagogique élaboré dans le cadre de ce module de formation continue s’inscrit dans le sillage des pédagogies féministes et de la pédagogie des opprimés. Ces approches ont révélé que les contenus de formation et la manière d’enseigner ont autant le pouvoir de reproduire que de transformer des rapports sociaux inégalitaires. 

Les participant·es co-construiront des outils pédagogiques à visée transformatrice en s’appuyant sur ce socle théorique et sur l’expérimentation d’inégalités au moyen de mises en situation. 

Cette formation offre un espace de travail bienveillant pour à la fois expérimenter et se saisir sereinement de l’outillage critique nécessaire à la conversion des expériences et des savoirs en pratiques pédagogiques égalitaires.  

Objectifs

  • Créer un espace d’expérimentation, de conscientisation, et de réflexion critique sur les dispositifs, pratiques et postures pédagogiques qui reproduisent les inégalités liées principalement au genre, et notamment au racisme.
  • Co-construire avec les participant·es une posture pédagogique non discriminante et égalitaire dans les contenus des cours et dans les interactions avec les apprenant·es.

Déroulement

La formation, qui aura lieu sur une journée, s’inscrit dans une démarche dynamique et collaborative. 

A travers des mises en situation (théâtre forum, jeux d’immersion), qui auront lieu dans la matinée et dans l’après-midi, les participant·es se familiariseront avec les concepts clés des études genre. Autrement dit, c’est à partir de l’expérience et du vécu des participant·es que nous remonterons vers les concepts théoriques. Puis, en prenant appui sur ceux-ci, nous reviendrons sur les expériences pratiques en cherchant à déjouer les différents systèmes de domination qui œuvrent, parfois de manière invisible, dans la salle de classe. Inscrite dans ce processus itératif, l’acquisition de connaissances durant ce module de formation est tout autant le résultat d’un travail individuel que collectif. 

Tout au long de la journée, avec le support d’un livret pédagogique qui leur sera remis en début de formation, les participant·es développeront leur propres outils pédagogiques.

Inscription

Intervenante : Anouchka Chardonnens, Juriste

Public cible : Membres du corps enseignant, quel que soit le domaine d’enseignement, personnel administratif et technique
Niveau : Pour toutes et tous

En Suisse, près d’une femme sur trois et un homme sur dix sont victimes de harcèlement sexuel au cours de leur vie professionnelle. Ces agissements vont à l’encontre de la loi sur l’égalité et du devoir légal des employeur·es de protéger la santé de leur personnel et de prévenir le harcèlement sexuel.

Pour les victimes, il est parfois difficile de se défendre. Toutefois, il est important de réagir et de dénoncer ces situations. Les auteur·es de harcèlement s’exposent à des sanctions, tant au niveau de leur emploi qu’en matière pénale. Les employeur·es ont non seulement l’obligation de protéger leurs employé·es contre de tels comportements mais également de réagir dans un cas d’espèce. 

Cet atelier vous permettra :

  • d’identifier les situations de harcèlement sexuel
  • de savoir comment réagir si vous en êtes victime
  • de prendre connaissance des sanctions auxquelles s’exposent les auteur·es
  • de connaitre les obligations de l’employeur·e en la matière
  • de différencier la prise en charge du harcèlement sexuel dans les milieux professionnel et estudiantin 
  • d’acquérir des outils pratiques et juridiques pour affronter le harcèlement sexuel.

Déroulement 

Lors de cet atelier interactif, les participant·es tiendront les rôles de victime, d’auteur·e et d’employeur·e. En partant de cas concrets, les comportements problématiques seront analysés tant sous l’angle du ressenti et des conséquences pour les victimes que des répercutions pour les auteur·es. Les obligations légales de l’employeur·e seront examinées et la situation particulière du harcèlement sexuel à l’encontre des personnes aux études sera abordée.

Inscription

Intervenante : Valérie Vuille, directrice de DécadréE

Public cible : Personnes en charge de la communication, personnes en charge de l’égalité et de la diversité ou toute personne intéressée par ces questions
Niveau : Pour toutes et tous

Des images aux textes, la communication transmet des messages qui peuvent soit promouvoir plus d’égalité et de diversité, soit reproduire des biais et des stéréotypes. 

Comment en conscience, faire les bons choix et les argumenter? Quel sont les éléments à prendre en compte et les critères d’analyse pertinents? 

Grâce à une formation participative, mêlant théorie, présentation d’outils , analyse et discussion vous serez en mesure de développer votre regard sur les images et les textes. Il vous sera alors possible de trouver le bon équilibre et d’argumenter vos choix afin de construire une communication à la fois impactante et égalitaire. 

 

Objectifs

  • Comprendre les enjeux d’une communication inclusive et connaître les bonnes questions à se poser
  • Acquérir les outils pour développer une approche circonstanciée de la communication inclusive
  • Assurer la cohérence des pratiques au sein de son institution

Déroulement

La formation se déroule sur une journée en alternant des moments de théorie, des exercices pratiques et des espaces de discussion.

Formation actuellement non-programmée

Intervenante : Françoise Piron, ingénieure en génie civil EPFL

Public cible : Cette formation s’adresse aux , répondant·es Egalité & Diversité, aux responsables RH ainsi qu'aux membres du personnel d’enseignement et de recherche ayant des tâches de management

Descriptif : L’interaction entre conciliation de la vie privée et professionnelle et développement de carrière dans une entreprise ou une institution publique est souvent rattachée à la question de la promotion des femmes. Il en va de même pour l’aménagement du temps de travail qui est souvent réduit au temps partiel et orienté vers le public féminin. Pourtant, de plus en plus d’hommes cherchent à aménager leur temps afin de se consacrer un peu plus à leur famille. La notion même du care (soin aux autres) commence également à être revendiquée par les hommes. Cette formation a pour objectif d’élargir les champs des possibilités d’aménagement du temps de travail, d’en analyser l’impact sur une carrière pour une femme et pour un homme, et de proposer des solutions concrètes utiles aux personnes qui ont des responsabilités d’équipe ou une fonction RH. Le but de la formation est de faire progresser la mixité dans le monde professionnel.

 Objectifs

  • Être informé·e des différents types d’aménagement de temps de travail.
  • Comprendre les enjeux et l’impact positif de ces mesures et de la mixité pour chacun·e : partenaires au sein de la famille, employeur, société…
  • Appliquer ces outils dans le management et les RH pour rendre possible la conciliation vie professionnelle – vie familiale de ses collaborateurs et collaboratrices.
  • Apprendre à contribuer à la relève féminine dans les domaines où les femmes sont sous-représentées.
  • Acquérir les outils pour développer une politique de conciliation adaptée à son institution / son groupe.
  • Appliquer ces outils à sa propre carrière pour la concilier avec la vie familiale.

Formation actuellement non-programmée

Intervenante : Tanja Wranik, psychologue du travail et des organisations, coach certifiée

Public cible : Membres du corps enseignant, quel que soit le domaine d'enseignement

Contenu et objectifs
La pédagogie interculturelle propose de limiter les effets négatifs que pourraient avoir les incompréhensions des uns et des autres, en valorisant cette différence pour que chacun puisse apprendre des autres, et que l’étudiant·e puisse enrichir ses collègues. Ainsi, l'enseignant·e qui pratique ce genre de pédagogie essaiera de se décentrer et de proposer différents modèles, sans rester dans une vision ethnocentrique où c'est principalement la culture européenne qui est mise en valeur.
Les rencontres interculturelles entre des étudiant·es de pays différents ont lieu afin de leur permettre de mieux connaître l'Autre. Cette démarche amène déjà à réfléchir sur sa propre culture, son positionnement, chaque étudiant·e pouvant avoir sa propre manière d'appréhender la culture de son pays.
Dans ce workshop, nous examinerons les effets des différences culturelles sur la communication, la collaboration, la perception, et les attentes concernant la formation. Nous séparons les mythes de la réalité et nous travaillons sur les questions et les cas concrets.  

Déroulement : Workshop interactif

  • Introduction : les questions et les situations des participant·es face aux différences culturelles 
  • Les différences culturelles : l’influence sur la communication, la collaboration, l’apprentissage
  • La posture enseignante face aux différences culturelles
  • Partage de bonnes pratiques 
  • Recherche de solutions concernant les cas concrets des participant·es

Formation actuellement non-programmée

Intervenant·es : Dorothée Ayer, lectrice, Université de Fribourg ; Eva Hammar-Bouveret, Présidente Fondation genevoise des sourds ; Coralie Imobersteg, enseignante spécialisée et Sébastien Kessler, formateur d’adultes

Public cible : Membres du corps enseignant, quel que soit le domaine d’enseignement.

Descriptif : Les personnes ayant des incapacités (p.ex. mal ou non-voyant·es, malentendant·es ou sourd·es, ou avec des incapacités motrices) qui entreprennent des études supérieures peuvent nécessiter de conditions d’études et d’aménagements spécifiques, qui tiennent compte de leurs spécificités tout en garantissant une évaluation équitable.

Cette demi-journée de formation a pour but de donner aux participant·es les connaissances et compétences de base nécessaire pour assurer un encadrement et un suivi pédagogique qui tiennent compte des exigences académiques et juridiques ainsi que des besoins réels des étudiant·es ayant des incapacités visuelles ou auditives.

Au terme de la formation, les participant·es :

  • Auront interagi librement avec des intervenant·es expert·es et concerné·es ;
  • Connaîtront les principales ressources à disposition en termes de moyens de compensation et d’évaluation ;
  • Auront échangé entre eux·elles leurs expériences ;
  • Connaîtront la notion moderne de handicap (modèle anthropologique) et le contexte juridique du handicap en Suisse dans les hautes écoles pour faciliter la participation sociale.

Cette formation donne une place importante à l’interaction avec les intervenant·es ayant des incapacités et comprend un temps d’échange pour que les participant·es puissent échanger sur leurs expériences.

Formation actuellement non-programmée

Intervenant·es : Sébastien Kessler, Ing.-Phys. EPFL, économiste de la santé UNIL et formateur d'adultes, en fauteuil roulant; Coralie Imobersteg, enseignante spécialisée, non-voyante; Eva Hammar-Bouveret (PHd), biologiste et coordinatrice aux HUG, sourde

Public cible : Personne qui accueille, accompagne les étudiant·es en situation de handicap, répondant·e Egalité & Diversité, responsable RH, membres du corps enseignant

Descriptif : Les personnes ayant des incapacités et qui entreprennent des études supérieures peuvent nécessiter des conditions d’études et d’accompagnement partiellement adaptées, formalisées, au-delà d’une aide spontanée et bienveillante. Il en va de même pour les collaborateurs et collaboratrices ayant des incapacités.
Cette journée de formation a pour but de donner aux participants les connaissances et compétences de base nécessaires pour assurer un encadrement et un suivi qui répondent aux besoins réels des étudiant·es et collaborateurs·trices en situation de handicap dans un cadre favorisant l'autonomie et la spécificité de chacun.

Au terme de la journée, les participant·es devraient :

  • Comprendre la notion moderne de handicap (modèle anthropologique) et distinguer les termes y relatifs (déficience, incapacité, invalidité, etc.)
  • Être informés sur le contexte légal du handicap et des compensations des désavantages, notamment lors des études, pour faciliter la participation sociale
  • Connaître les bases et les ressources à disposition pour un accueil et un accompagnement adéquats et notamment la communication avec des personnes ayant des incapacités motrices, visuelles ou auditives
  • Avoir expérimenté des situations de handicap et avoir interagi avec des personnes concernées au quotidien, anciennement étudiant·es

La journée comporte des présentations ex cathedra, des ateliers pratiques ou interactifs, des apports multimédia et des mises en situation comme méthodes pédagogiques. Une documentation détaillée est fournie.

Formation actuellement non-programmée

Intervenantes : Stéphanie Corminboeuf, enseignante spécialisée et Nathalie Déchanez, maître d'enseignement à la HEdS-FR

Public cible : Membres du corps enseignant, quel que soit le domaine d'enseignement.

Descriptif : La dyslexie toucherait entre 8 à 10% des enfants selon l'OMS et 3 fois plus les garçons que les filles. Depuis un certain temps, des compensations des désavantages ont été implémentées durant la scolarité obligatoire. Aujourd’hui, les bénéficiaires ont pu démontrer leur potentiel et ont désormais accès aux formations HES. Cette journée de formation permettra de donner des pistes de compréhension et des outils aux professeur·es HES parfois démuni·es devant ce nouveau public à besoins spécifiques, dans une perspective de pédagogie universelle. 

Vous pourrez ainsi vous familiariser avec les différents troubles « dys » (dyslexie, dysorthographie, dyscalculie, dyspraxie, dysphasie) et vous mettre à la place d’un·e étudiant·e « dys » lors de différentes situations de simulation. 

Au terme de cette formation, les participant·es devraient être en mesure de :

  • Différencier les troubles DYS 
  • Identifier les besoins d’un·e étudiant·e DYS
  • Connaître des outils informatiques et des logiciels adaptés
  • Dispenser un cours « universel » 

L’atelier est divisé en plusieurs parties :

  • Explication des différents troubles dys, contenus théoriques fondés sur la recherche (EBP : Evidence Best Practice).
  • Ateliers de simulation où l’enseignant·e se mettra à la place de l’étudiant·e « dys » avec pour objectif de prendre conscience de la réalité d’une personne dys (par exemple : lire un powerpoint comme un dys).
  • Démonstration et expérimentation de divers outils existants, pour la plupart des outils informatiques et des logiciels.

Formation actuellement non-programmée

Intervenante : Caroline Dayer, déléguée départementale aux questions d’homophobie et de transphobie, Secrétariat général du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture du canton de Vaud

Public cible : Membres du corps enseignant, personnel administratif et technique et toute personne susceptible d'accueillir des demandes ou de répondre à des questions liées à la problématique.

Descriptif : Cet atelier vise à outiller les professionnel·les qui accueillent et accompagnent les personnes LGBTIQ aux études et au travail. Sur la base d’exemples concrets, il s’agit de clarifier différentes notions ainsi que leurs implications pratiques. Différents angles sont articulés : posture d’écoute et langage, pratiques non discriminatoires, bases légales, cadres institutionnels, etc.

Objectifs

  • Clarifier la triade sexe-genre-sexualité et le sigle LGBTIQ
  • Identifier les différentes formes d'homophobie et de transphobie ainsi que leurs répercussions
  • Saisir les besoins des personnes concernées
  • Renforcer leur accueil et leur accompagnement
  • Affiner sa posture et ses pratiques
  • Connaître les bases légales et institutionnelles
  • Mobiliser des pistes d'action à chaud et à froid

Approche : présentation de l’intervenante et exercices en groupes sur des situations concrète

Formation actuellement non-programmée

Intervenant : Pascal Gygax, Directeur de l’équipe de Psycholinguistique et Psychologie Sociale Appliquée de l’Université de Fribourg, spécialiste des questions liées au langage inclusif

Public cible : Membres du corps enseignant (quel que soit le domaine d’enseignement) ainsi que les membres du PAT (personnel administratif et technique)

Descriptif : « Le recteur a félicité le chercheur pour son intervention devant les collaborateurs intrigués. » pourrait titrer le journal local. Cette phrase, aussi anodine qu’elle paraisse, pose un défi intéressant à notre cerveau. Le recteur et le chercheur sont-ils des femmes ? Et les collaborateurs sont-ils constitués de femmes et d’hommes ? 
La langue française a subi une vague de masculinisation au 17ème siècle – des  mots comme autrices étant littéralement gommés de la langue et le masculin prenant une valeur dominante – et nous exposerons les travaux scientifiques qui montrent les effets de celle-ci au 21ème siècle. 
L’atelier a comme but principal de permettre aux participantes et participants de se familiariser avec le langage épicène et inclusif, et de se perfectionner dans son utilisation, selon les recommandations 2019 HES-SO pour une communication inclusive.

Objectifs
Au terme de cette formation, les participantes et les participants devraient être en mesure : 

  • de connaître l’impact du langage inclusif sur notre façon de penser  
  • de prendre connaissances des nouvelles recommandations HES-SO
  • de rédiger des textes en langage inclusif
  • de communiquer de façon inclusive 

Déroulement 
L’atelier est divisé en 3 parties :

  • une partie théorique et scientifique visant à aborder les problèmes liés à l’ambiguïté sémantique à la forme grammaticale masculine (théorie et présentation des formes inclusives) . (Pour certains ateliers, cette partie se fera en amont de l’atelier, par le visionnement des capsules EPFL suivantes : tube.switch.ch/channels/A2BldjrEjI)
  • une partie pratiques où les outils d’écriture inclusive sont présentés, avec leurs avantages et désavantages
  • une partie pratique où des cas concrets seront discutés (exercices individuels, discussion de groupe).

Formation actuellement non-programmée

Autres formations