ElectropoliTiB : Electropolissage précis et moins toxique de titane bêta

Ingénierie et Architecture Arc (BE-JU-NE) Projets de recherche appliquée et développement

Le titane est un métal difficile à polir, car il s'oxyde rapidement. Le titane bêta, une variante particulièrement déformable du titane, donne encore davantage de fil à retordre aux professeur-es. Une équipe de la HE-Arc Ingénierie a décidé de relever le défi de développer une méthode d'électropolissage capable de produire des résultats intéressants avec ce titane bêta, mais en s'efforçant de la rendre plus verte.

Proposer une alternative de polissage du titane bêta, plus efficace et plus écologique que les méthodes existantes d'électropolissage : c'est le double défi qu'a relevé une équipe de la HE-Arc Ingénierie. L'intérêt de ce développement est évident : le titane bêta - qui possède d'excellentes capacités de déformation à froid, ce qui le rend très utile à l'industrie - est déjà utilisé dans le domaine aérospatial par exemple. Mais comme son polissage est difficile, il n'a pas encore conquis des secteurs comme l'horlogerie ou la joaillerie, dans lesquels l'apparence, ou un effet miroir brillant, sont indispensables.

Les ingénieur-s de la HE-Arc Ingénierie collaborent avec la PME de la Chaux-de-Fonds PX Group pour ce projet. Cette dernière est spécialisée dans le domaine des métaux à haute valeur ajoutée et est active sur de nombreux marchés qui vont de la santé à l'horlogerie. Maîtriser une technologie d'électropolissage du titane bêta lui ouvrirait des perspectives intéressantes, dans l'horlogerie notamment.

Cela fait déjà plusieurs mois que l'équipe de la HE-Arc Ingénierie travaille sur ce projet, dont l'une des difficultés consiste à tester d'autres substances du tableau périodique que celles habituellement utilisées dans l'électropolissage du titane, comme les perchlorures ou les fluorures, qui sont toxiques, explosives et instables. Ces substances requièrent des conditions d'utilisation onéreuses, des locaux adaptés, ainsi que de nombreuses précautions d'utilisation et de stockage. Parallèlement, les chercheur-es ont développé une méthodologie pour tester la brillance du titane poli au moyen d'un protocole innovant, qui intègre une analyse au microscope. Selon le responsable de l'équipe, les résultats ont déjà dépassé les ambitions de départ et les perspectives s'annoncent très positives pour PX Group.

Un appel à projets destiné aux entreprises impactées par la crise sanitaire

Le projet décrit ci-dessus fait partie d'un appel à projets extraordinaire intitulé "Après Covid-19". Il a été lancé en juillet 2020 par le Conseil de domaine Ingénierie et Architecture de la HES-SO. Ces fonds sont destinés aux professeur-es proches des sociétés de services et d'entreprises suisses impactées par la crise sanitaire. Les hautes écoles concernées par cet appel à projets sont :

  • HE-Arc Ingénierie ;
  • Haute école d'ingénierie et d'architecture de Fribourg - HEIA-FR ;
  • Haute école du paysage, d'ingénierie et d'architecture de Genève (HEPIA) ;
  • HES-SO Valais/Wallis - Haute Ecole d'Ingénierie - HEI ;
  • Haute Ecole d'Ingénierie et de Gestion du Canton de Vaud - HEIG-VD ;
  • CHANGINS - Haute école de viticulture et œnologie.