Biocleaning of metallic artworks using green hydrogels amended with microbial metabolites

Design et Arts visuels

Luna Cuvillier

En collaboration avec l’Université de Neuchâtel, l’Université de Bologne et le Laboratoire Arc’ Antique, le projet HELIX développé au sein de la Haute Ecole Arc-Conservation Restauration vise à des formulations vertes pour nettoyer les surfaces altérées d’objets en cuivre, fer ou argent, dans les collections historiques des musées et dans l’art contemporain. L’objectif est de proposer une méthode durable et consciencieuse des challenges de la conservation-restauration tout en limitant les risques pour l’oeuvre, l’opérateur et l’environnement.
En exploitant les capacités de certains microorganismes (bactéries, champignons) et les avantages des gels dans le domaine de la conservation, les produits de dégradation seront retirés des surfaces métalliques altérées par le temps. Les mécanismes et les performances dont font preuve différents microbes seront évalués pour leur capacité à éliminer la corrosion et/ou des revêtements organiques vieillis et défectueux issus d’interventions de restauration précédentes. Si possible, seuls les métabolites issus des microorganismes seront utilisés afin d’éviter aux opérateurs la manipulation de cellules vivantes et faciliter la conservation du gel. Ce projet donne lieu à deux sujets de thèse centrés sur l’utilisation d‘hydrogels d’une part et d’organogels biosourcés d’autre part.
Ainsi des microorganismes seront sélectionnés et intégrés dans des hydrogels naturels (agar, gomme gellane). La stabilité des gels contenant les métabolites ou microorganismes, leur texture ainsi que les méthodes d’application et de retrait seront étudiées. Ensuite, l’efficacité des gels élaborés sera évaluée sur des coupons préparés et corrodés au préalable. Les performances des hydrogels créés seront comparées à plusieurs méthodes traditionnellement utilisées en conservation comme les hydrogels avec chélatants chimiques, méthode mécanique… Les coupons seront caractérisés avant et après les différents traitements grâce à différentes méthodes d’analyse (SEM-EDS, Raman, GC, FTIR, XRD etc.) Des études complémentaires seront menées pour comprendre le comportement électrochimique des surfaces nettoyées.
Enfin, en interaction avec des restaurateurs, les gels choisis seront testés sur des oeuvres présentant les dégradations visées par les méthodes de nettoyage développées.