Quelles suites après le bachelor ?

Publié le 07.06.2021. Mis à jour le 07.06.2021.

Ne t'es-tu jamais demandé ce que fait une ingénieure une fois le diplôme en poche ? Lis les lignes qui suivent et tu auras quelques idées !

© Brooke Cagle / unsplash

Par notre ambassadrice égalité Dounia Hassar, étudiante en Conception Ergonomique et Design

Le dernier article que j’écris pour ingenieuse.ch coïncide avec le dernier semestre de ma formation. Ce moment, qui peut être tant attendu parfois, est aussi synonyme d’un torrent de questions qui déferlent dans nos esprits, transportant avec lui les choix, les doutes et les incertitudes quant à nos perspectives.

Avec l’ambassadrice égalité, Léa Bohren, nous avons décidé d’aborder ce sujet en dressant le tableau des carrières de dix jeunes ingénieures avec différents profils que nous avons interviewées. Huit sont diplômées de la HES-SO et deux d’écoles supérieures françaises.

Elles ont étudié la biotechnologie, la gestion industrielle, les systèmes embarquées, la microtechnique ou l’optique, et elles sont titulaires préalablement d’une maturité gymnasiale, d’un CFC ou d’un diplôme de technicienne. Toutes ont une motivation commune : intégrer le milieu professionnel une fois leur diplôme en poche. Ce désir est caractéristique des personnes titulaires d'un Bachelor HES-SO du domaine Ingénierie & architecture. En effet, d’après les relevés de l’OFS, en 2017, seulement 15% des étudiant·es se dirigent vers un master contre une majorité qui souhaitent intégrer le monde professionnel. A quoi s’apparente alors leurs processus d’intégration ?

© Christina / Unsplash

Nous avons interrogé nos ingénieures sur ce point et découvrons que pour certaines, des opportunités de travail leur sont parvenues avant même la sortie de l’école ! Cette entrée précoce dans la vie professionnelle, concerne 7% des titulaires d’un diplôme HES selon les relevés de l’OFS. Si ce ne sont pas des employeurs qui font la promotion de leurs entreprises pendant la formation, c’est à la suite d’un stage ou travail de fin d’étude que la jeune diplômante est engagée.

Pour d’autres, il a fallu décortiquer consciencieusement les annonces et rester à l’affût d’opportunités pour décrocher un emploi. Le temps d’attente a été plus ou moins long (entre un mois à un an) mais les résultats semblent ravir toutes nos ingénieures. En effet, elles s’épanouissent dans leurs postes de cheffe de projet, technicienne ou ingénieure cadre dans leurs domaines d’étude, et en adéquation avec les études statistiques, 90% d’entre elles décrochent un CDI!

Retrouvez les impressions de nos jeunes ingénieures quant à leurs premiers emplois et passage de la vie étudiante à la vie professionnelle dans le prochain article de Léa ! 

En attendant, abonnes toi à nos pages Facebook et Instagram pour plus de nouvelles !