FR DE EN

Vivre et vieillir à domicile, entre risques vitaux et menaces existentielles

Vivre seule avec d’importantes limites fonctionnelles amène la personne âgée à s’organiser – pratiquement et mentalement – pour se ménager une vie quotidienne en accord avec ses souhaits. Les efforts sont continus, autant pour juguler la douleur physique que pour faire face à la solitude et à la finitude.

Cet article s’appuie sur 20 entretiens menés avec des personnes de plus de 80 ans domiciliées dans le canton de Vaud et bénéficiant des services d’aide et de soins à domicile. Les situations concrètes donnent à voir ce que l’«habiter et vieillir»  seul à domicile suppose de ressources fonctionnelles et d’astuces, de stratégies pratiques et de raisonnements intimes.

En filigrane, les récits évoquent la solitude et l’intégration de la finitude. Les considérations développées sont abordées sous deux angles : la vie qui se déploie  entre ses «quatre murs», et habiter son environnement «hors de ses murs». Les chercheuses posent une
distinction entre risques vitaux et menaces existentielles et observent que la prévention des premiers est subordonnée au souci de maintenir à l’écart les secondes.

La démarche d’enquête inspirée de l’«entretien d’explicitation» ouvre des perspectives de renouvellement du regard pour les soins et l’aide à domicile.

Auteures

  • Catherine Piguet, Catherine Piguet, docteure en sciences de l’éducation, Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense; docteure en santé publique, Université catholique de Louvain; professeure agréée, HEdS La Source
  • Marion Droz Mendelzweig,  docteure en anthropologie, Université Lausanne; professeure ordinaire, HEdS La Source
  • Maria Grazia Bedin, Master in Nursing Science, Université Laval Québec; professeure Associée HEdS La Source
Contact
HES-SO Rectorat
Route de Moutier 14
2800 - Delémont
T +41 58 900 00 00 - F +41 58 900 00 01