Ingénieuse.chLa technique, un défi au féminin

Spécialiste de produits dangereux – un métier tous risques ?

Madame Aline Guillaume-Gentil, conseillère dans le domaine de la gestion de produits dangereux, a répondu à quelques questions de notre ambassadrice Laura, afin de partager son expérience dans son domaine. A savoir que la chimie est une des rares filières dans le domaine de l’ingénierie dans laquelle l’équilibre hommes-femmes est presque atteint parmi les étudiants en bachelor HES. Le témoignage d’une professionnelle chevronnée de cette branche est donc d’autant plus intéressant pour saisir les perspectives et les défis qui attendent les futures diplômées.

Mme Guillaume-Gentil, qu’est-ce qui vous a donné envie de vous tourner vers le monde de l’ingénierie, réputé « réservé aux hommes »?

Je ne me suis pas posé la question de cette façon… En fait, je me suis tournée vers la chimie puis vers les effets que pouvaient générer la chimie et les produits chimiques sur l’environnement.

Vous est-il arrivé d’avoir envie de tout abandonner à cause des obstacles ?

J’avais un objectif : sortir avec mon diplôme de chimiste. Et c’est tout ce qui comptait ! Si j’avais dû abandonner, c’est que j’aurais été mise à la porte de l’école...

Quelles difficultés avez-vous rencontrées dans le monde du travail ?

Le métier que je fais comporte deux facettes : le conseil, qui consiste en une discussion avec les gens et une écoute de leurs besoins pour trouver des solutions, ainsi que la conformité législative. Celle-ci peut être moins bien « acceptée » car elle peut mener à revoir certains points du projet, ou même à en abandonner certains. On m’a déjà dit que j’étais « l’empêcheur de tourner en rond » !

Mais, je n’ai pas vraiment eu de problèmes liés à ma personne, uniquement à mon rôle. Cela nécessite un peu de diplomatie, d’humour et en général, ça passe.

Comment vivez-vous ce métier ?

Je l’exerce depuis plus de vingt ans donc je le vis plutôt bien ! Avec un rôle d’expert, où il n’y a pas qu’un résultat juste ou faux, il faut parfois accepter une remise en cause de l’appréciation faite. Et là, cela ne se passe pas sans « douleur », mais c’est le jeu !

Avez-vous eu au cours de votre carrière plus de difficultés étant une femme ?

Une fois. Le client en séance a comparé le processus chimique à la préparation d’un gâteau « avec beaucoup de farine… vous voyez ce que je veux dire Madame ! » La remarque étant complètement déplacée, je n'ai rien répondu. Mon indifférence a dû être perturbante puisqu'il s'est ensuite excusé.

En général, quand on commence à parler « technique », le sexe de l’expert importe peu. Avec l’expérience, cette situation disparaît complètement.

Est-ce qu’on rencontre plus d'obstacles en tant que femme qu’en tant qu’homme dans l'ingénierie ?

Cela doit dépendre du domaine. Dans la protection de l’environnement, il n’y a pas vraiment d’obstacles.

Avez-vous pensé par moment avoir été considérée différemment en tant que femme ?

Oui… mais on peut jouer avec cela. Quand vous êtes une femme et que vous posez des questions, en général, on vous donne plus de détails. L’approche est en général moins frontale. Le client se sent moins « menacé » ou « jugé » dans sa manière de faire. La diplomatie « féminine » peut être utile.

Pensez-vous qu’il est nécessaire d’avoir une égalité homme-femme dans ce domaine ? Si oui, pourquoi est-il nécessaire d’avoir une égalité dans ce domaine ?

L’ingénierie doit servir les Hommes (avec un grand H !). On a un problème, on trouve une solution. Il y a juste du bon sens et beaucoup de technique que l’on acquiert à l’école ET « sur le tas ». Ce n’est pas une question de sexe. La mixité est plus une force qu’une contrainte !

Avez-vous remarqué une évolution depuis le début de votre carrière concernant la position de la femme dans le monde de l'ingénierie ?

Oui… je rencontre plus de femmes dans mon métier (dans les bureaux d’études). Mais chez les clients (surtout dans les industries), il y a toujours une représentation très minime de la gent féminine.

Quels conseils donneriez-vous à une personne intéressée par l’ingénierie ? En particulier pour une femme ?

Foncez !!! On travaille plus de 40 années dans notre vie ; autant que cela soit dans un domaine qui nous épanouisse !

Contact