Ingénieuse.chLa technique, un défi au féminin

Quentin Delval

Adjoint scientifique Egalité & Diversité, Rectorat HES-SO

Votre activité professionnelle en quelques mots :

Je mets en oeuvre le plan d’action pour l’égalité et la diversité de la HES-SO et je coordonne des actions avec nos partenaires au niveau Romand. Il s’agit par exemple de sensibilisation, de publications telles que des guides pratiques, des ateliers de formation, du monitoring ou encore le financement de projets au niveau des hautes écoles. Notre service entend également se mettre à disposition en tant que ressource pour toute personne qui souhaite, au sein de la HES-SO, en apprendre davantage sur l’égalité et la diversité et ce qui existe à la HES-SO à ce sujet.

Qu'est-ce que l’égalité des chances représente pour vous ?

Nous vivons une époque intéressante précisément parce que tout le monde semble avoir une idée personnelle et différente de ce qu’il faut entendre par « égalité des chances entre les hommes et les femmes ». Pour moi l’enjeu au niveau de l’enseignement supérieur est que les hommes comme les femmes puissent aspirer à remplir le rôle qui leur convient dans la société, ce qui passe par le choix des études et les conditions de leur réalisation. Cela améliore concrètement la vie des personnes directement, mais aussi la qualité des connaissances et des prestations qui sont produites.

Un film, un livre en rapport avec l’égalité des chances à recommander ?

Un film très percutant concernant des contraintes que subissent les femmes dans plusieurs pays du monde est « Vessel », de Diana Whitten. À travers la question de la légalisation de l’avortement dans des pays où il est encore illégal, elle met en perspective la condition de femmes qui sont exclues du champ politiques et des décisions concernant leur propre santé.

Un roman assez amusant et modeste est « Sexus Nullus » de Thierry Hoquet. Le livre part d’une idée toute simple : que se passerait-il si on supprimait la mention du sexe des papiers d’identité ? Qu’est-ce que ça changerait dans nos vies et dans la société ? Le personnage principal enquête sur la question et rencontre plein de personnes clé (avocats, professeurs, politiciens…) pour réfléchir à la question. Assez surprenant !

Une bonne/une mauvaise expérience personnelle ?

Une bonne expérience est d’avoir eu la chance de rencontrer des femmes qui ont su me faire comprendre les enjeux de genre (c’est-à-dire la question des rôles que chacun puisse occuper en fonction du fait qu’il soit homme ou qu’elle soit femme) auxquels elles étaient confrontées, et auxquels j’étais confronté aussi sans m’en rendre compte. J’ai croisé des personnes patientes et avec lesquelles j’ai pu avoir des échanges constructifs, et ce n’est pas si facile de trouver ça…

Enfant, quel était votre métier de rêve (et pourquoi avoir changé d’avis) ?

Je ne me souviens pas du tout de ce que je voulais faire, je crois que je n’ai jamais eu d’idée précise et j’adorais beaucoup de choses différentes. Je ne pense pas avoir fondamentalement changé, j’accorde toujours beaucoup de valeur à l’idée d’être versé dans plusieurs arts de de ne pas faire de la spécialisation un oubli de la capacité humaine à être ingénieuse de plusieurs façons à la fois.

Contact