Musicothérapie: bénéfices induits par la pratique musicale chez les personnes âgées en Allemagne et en Suisse | HES⁠-⁠SO Haute école spécialisée de Suisse occidentale
FR DE EN

Musicothérapie: bénéfices induits par la pratique musicale chez les personnes âgées en Allemagne et en Suisse

—    Pourquoi la pratique musicale est-elle davantage recommandée à des personnes âgées?
—    Les avantages d’une pratique musicale agissent spécifiquement sur des aptitudes habituellement vouées à décliner lors d’un vieillissement normal: la mémoire de travail, les fonctions exécutives, l'écoute sélective, l’attention auditive et la motricité fine, ainsi que sur la morphologie et le fonctionnement du cerveau. En outre, cet entraînement artistique peut stimuler la créativité et augmenter le sentiment de bien-être.
—    Ne faut-il s'inquiéter de travailler sa mémoire qu'à partir d’un certain âge?
—    Au contraire, la règle d’or c’est «use it or lose it». L’idée de repos à la retraite est une erreur fondamentale, en tout cas chez la personne saine, en vieillissement normal. Il n’est pas nécessaire de courir dans tous les sens et sans arrêt, bien évidemment, mais il faut rester actif et se donner de la peine pour maintenir une bonne forme mentale et physique: «no pain, no gain».
—    Comment s'est mise en place la collaboration avec vos partenaires allemands?
—    Je connaissais le professeur Eckart Altenmüller de longue date et je savais qu'il travaillait sur des thématiques proches. Un avantage de cette collaboration, c’est la complémentarité d’expertises des équipes allemande et suisse. Le projet est maintenant dirigé par une équipe de psychologues, neuroscientifiques, médecins neurologues et psychiatres, ingénieurs en imagerie cérébrale et musiciens professionnels. Eckart Altenmüller est comme moi également musicien professionnel, il est flûtiste et moi violoniste. Une étude multisite a aussi comme avantage d'évaluer si les effets sont vraiment généralisables, et/ou différents selon le lieu. En outre, un plus grand nombre de participants pourra être examiné, ce qui renforce la puissance statistique, donc la validité de l’étude. Les volets allemand et suisse de la recherche sont parallèles pour l’entraînement des participants.
—    Quelles connaissances et compétences en musique possédez-vous?
—    J’ai une formation de violoniste professionnelle. J’ai obtenu deux diplômes de musicienne, d’enseignante et d’interprète, notamment des conservatoires supérieurs d’Amsterdam et de Rotterdam aux Pays-Bas. J’ai travaillé plusieurs années dans un orchestre de chambre – l’Amsterdam Sinfonietta – et dans différents groupes de musique de chambre et j’ai donné des cours de violon et de musique de chambre dans un conservatoire populaire.
—    Quelles bonnes pratiques pourraient-elles être mises en valeur par votre recherche?
—    Notamment de rompre les idées incrustées que le vieillissement est exclusivement caractérisé par le déclin. Ces croyances fausses empêchent de nombreuses personnes âgées de participer activement à l'apprentissage de nouvelles compétences. Le déclin naturel à la fin de la vie se combine avec le potentiel d'apprendre tout le long de la vie et donc de provoquer une plasticité comportementale et cérébrale. Un sentiment de bien-être pourra se renforcer chez les participants des deux groupes, induit par la musique en tant que telle, mais aussi par l'élément social, puisque l'enseignement sera donné en groupe. Nous allons également organiser des petits concerts.
—    Comment les autorités socio-sanitaires pourraient-elles exploiter les résultats de votre recherche ?
—    Des résultats positifs pourraient aider à libérer des subventions pour une mise en place généralisée de dispositifs d’apprentissage musical de différents types dans les centres d'aînés et les EMS, ainsi que le développement de dispositifs thérapeutiques pour les personnes en début de démence.

Deux musiciens à la direction

Soutenu par le Fonds suisse de la recherche scientifique (FNS) et la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG), le projet de recherche «Train the brain with music: Brain Plasticity and cognitive benefits induced by musical practice in elderly people in Germany and Switzerland» est mené conjointement par une équipe suisse réunissant la Faculté de Psychologie et des Sciences de l'Education (FPSE) de l'Université de Genève (Prof. Matthias Kliegel, co-requérant FNS) et l'EPFL (Prof. Dimitri Van De Ville, partenaire FNS), dirigée par la professeure Clara James (Haute école de santé Genève – HEdS-GE), ainsi que par le professeur Eckart Altenmüller, de l’IMMM (Institute of Music Physiology and Musicians' Medicine) de la Hochschule für Musik, Theater und Medien Hannover, pour le volet allemand.

 

PAGES

Un. Photo :

deux. Photo :

trois. Photo :

Contact
HES⁠-⁠SO Rectorat
Route de Moutier 14
2800 - Delémont
T +41 58 900 00 00 - F +41 58 900 00 01
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites.
Lire les mentions légales ok