Comment assurer la qualité du premier entretien d’embauche ? | HES⁠-⁠SO Haute école spécialisée de Suisse occidentale
FR DE EN

Comment assurer la qualité du premier entretien d’embauche ?

Recommandations :
Pour le premier entretien il ne faudrait pas qu’il y ait du côté Haute Ecole plus de 3 ou 4 personnes. Pour assurer une bonne qualité de l’entretien il faut :

  • Avoir eu une correspondance uniforme avec tous et toutes les candidat-e-s (au niveau terminologie et mode d’envoi des infos, tel qu’email ou courrier postal).
  • Créer un climat ouvert et non discriminant, respectueux et offrant de l’estime au candidat-e-s. Le but est de transmettre une impression positive de la Haute Ecole et de son travail, y compris quand les candidat-e-s ne viennent pas de milieux proches.
  • Structurer et modérer tous les entretiens de la même façon. Les entretiens structurés apportent clairement de meilleurs résultats.
  • Poser à toutes et tous les candidat-e-s des questions aussi similaires que possible.
  • Concernant les questions personnelles, il faut surtout les poser toutes de la même façon à chaque candidat-e-s, soit ne pas en poser du tout.
  • Inclure dans l’examen du profil professionnel la diversité de tous ses aspects en plus de ceux concernant la recherche et les qualifications ainsi que, dans le cas des professeur-e-s, les expériences d’enseignement et de pratique hors Haute Ecole.
  • Les compétences sociales et personnelles ainsi que celles en organisation et en management sont soigneusement prises en compte. Grâce aux expériences et activités du domaine familial ou bénévole on peut souvent reconnaître des capacités telles que l’organisation, la flexibilité, la communication ou le travail en équipe.
  • L’environnement familial du ou de la candidate doit toujours être gardé à l’esprit. Bien que les questions concernant la grossesse, les obligations familiales et de soin soient interdites, des questions témoignant des perspectives d’emploi pour le ou la conjointe, les besoins par rapport aux enfants ou le travail à temps partiel et la conciliation vie privée/vie professionnelle font aussi partie de l’attractivité d’une Haute Ecole.

Exemples :
Les questions suivantes ne sont pas acceptables :

  • Êtes-vous célibataire ?
  • Êtes-vous enceinte ou souhaitez-vous l’être prochainement ?
  • Avez-vous des contraintes horaires à cause des enfants ?
  • Quelle est votre orientation sexuelle ? Êtes-vous gay ?
  • Est-ce que vous êtes handicapé-e ?

Formulez plutôt les questions comme ceci :

  • Notre politique du personnel prévoit des aménagements horaires et une flexibilité de travail afin de concilier vie professionnelle et vie privée. Désirez-vous parler de ces possibilités ?
  • Notre politique du personnel prévoit des mesures de compensation pour les situations de handicap ou de besoins particuliers, afin de garantir l’accès aux outils de travail et le confort de tous les collaborateurs et collaboratrices. Avez-vous des questions à ce sujet ?
  • Notre politique institutionnelle prévoit des mesures de protection contre la discrimination, qu'elle soit liée à l'identité ou l'orientation sexuelle, l'origine ethnique ou culturelle, ou toute autre appartenance ou croyance. Avez-vous des questions à ce sujet?

Comprendre :
La standardisation des procédures d’entretien est un élément essentiel pour assurer l’égalité de traitement de toutes les candidatures, mais il convient également de réaliser que le type de questions ou la façon de les poser peut induire une inégalité de traitement. Les questions portant sur la vie privée peuvent cantonner une femme dans une posture liée à la maternité, ou un homme dans celle du « bread-winner », c’est-à-dire dans une position ne lui laissant pas a priori accès à la même flexibilité de travail.
En outre, l’envergure des questions est aussi déterminante : ne parler que des activités étiquetées comme « professionnelles » réduit considérablement le champ des expériences pertinentes pour procéder à l’évaluation de candidatures. Les activités dites « non professionnelles » se distinguent essentiellement par le fait qu’elles ne sont pas rémunérées (concernant les « obligations familiales », l’OFS parle par exemple de « travail domestique non rémunéré »), mais peuvent mobiliser des compétences au même niveau qu’un milieu professionnel, voire plus, et par conséquent être très utiles pour évaluer les performances individuelles dans différents contextes.
Toutefois les discussions portant sur les activités extra-professionnelles visent uniquement à donner l’opportunité aux candidat-e-s de valoriser certaines expériences et compétences, et cela ne doit pas conduire à préjuger de leur motivation  ou de leur ambition personnelle. Ainsi les informations relatives à la situation familiale ne doivent pas être automatiquement associées à une disposition positive ou négative des candidat-e-s à s’impliquer professionnellement.

Contact
HES⁠-⁠SO Rectorat
Route de Moutier 14
2800 - Delémont
T +41 58 900 00 00 - F +41 58 900 00 01
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites.
Lire les mentions légales ok