Ingénieuse.chLa technique, un défi au féminin

2017, flashback

Bon d'accord, 2017 n'est même pas terminé. On a troqué nos spartiates (so 2015 !) contre des UGG difformes pour passer gentiment en mode automnal. Et ce serait déjà le retour annuel de ces insipides « best of de l'année » et autres « regards sur 2017 » ? Oui, mais celui-ci est différent et un peu en avance aussi, pour avoir l'exclusivité !

Alors, concrètement, que s'est-il passé de marquant cette année pour les femmes ? On ne parle pas ici du discours de Pink au MTV Awards – quoique très juste et très touchant – ni des 12 nouveaux styles de l'hiver par Vogue. D'ailleurs, tapez sur n'importe quel moteur de recherche « what's new for women in 2017 » et vous serez copieusement servis de sacs à main – tous des nouveaux it-bags –, de vernis à ongles révolutionnaires et autres solutions miracles pour allonger les cils. Mais on s'égare... décevant quand même !

Le problème, c'est que du côté des causes qui comptent, vous pensez bien, ce n'est pas la joie. Avant de commencer une liste non exhaustive, soulignons que le congé paternité n'a pas encore fait son apparition en Suisse. Non pas qu'il ait été prévu – évidemment que non pour un pays qui n'a accordé le droit de vote aux femmes qu'en 1971 – pensez-vous... Mais si on veut une certaine égalité ce serait bien d'y penser.

Autre sujet, plus tabou celui-là : l'égalité salariale. Après le coup de semonce de Simonetta Sommaruga cette année et cette nouvelle loi sensée réduire l'écart entre les salaires des hommes et des femmes, on y croit presque ! Il faut dire que l'égalité des salaires est écrite dans la constitution depuis 1981, et que les femmes ne perdent que 7,7 milliards de francs par an seulement (!). Pas besoin donc de s'effaroucher. Là encore, on nous demande poliment, en Suisse, de prendre notre mal en patience pour l’instant.

La Suisse, sera-t-elle finalement lancée sur le modèle de l'Islande qui, le 8 mars dernier -journée internationale du droit des femmes- a annoncé la mise en place d'une loi très similaire ? Cette dernière prévoit une égalité des salaires pour toutes les minorités d'ici à 2022, avec une mise en application dès janvier 2018. On notera l'efficacité nordique !

Et si vous pensiez que les magazines étaient l'apanage des femmes, détrompez-vous! Selon une étude[1] il n'y a en couverture de quotidiens que 14,5% de femmes et seulement 21% des interlocuteurs cités dans les articles sont des femmes... Etrange, on représente quand même 51% de la populace, non ? Et on sait lire, non ?

Mais 2017 nous a apporté un exemple poignant d'engagement lorsqu'environ 500'000 personnes ont défilé dans les rues de Washington pour dénoncer les offenses à l’égalité de la future administration Trump. Et si son élection a plongé le monde dans un silence embarrassé, cette « marche des femmes », avec ses manifestations sœurs partout dans le monde, envoyait un cri retentissant pour plus de justice !

Des évènements marquants en 2017, il y en a pléthore. Mais vous aurez compris le principe : on avance à petits pas, parfois en avant, parfois à reculons. Et si 2017 n'a pas spécialement apportée d'avancées colossales, il y a quand même eu de beaux clins d'œil envers plus d'égalité : le droit de conduire des Saoudiennes – il était temps ! –, les jeunes femmes qui continuent d'être plus diplômées que leurs confrères, l'inégalité salariale qui baisse quand même – bientôt les 7,7 milliards seront à nous ! – et il n'y a plus qu'une personne sur cinq qui soutient le « modèle de la femme au foyer » !

On sait donc quoi réclamer pour 2018.

Stéphanie Jacot

 

Contact