HADES, une capsule innovante bientôt dans l'espace | HES⁠-⁠SO University of Applied Sciences and Arts Western Switzerland
FR DE EN

HADES, une capsule innovante bientôt dans l'espace

Une équipe de huit étudiants de différentes écoles (HEPIA, HEIA-FR, HES⁠-⁠SO Master) prépare actuellement une capsule spatiale dont l'objectif est d'expérimenter une technique de stabilisation et de guidage innovante. HADES fait partie du cycle 12 du programme REXUS/BEXUS. Décollage prévu en mars 2020.
HADES

Le projet a été sélectionné par le jury REXUS/BEXUS en novembre 2018. Après des mois de prototypage et de tests, l’équipe a mis au point HADES (Hayabusa-capsule Active Dynamic re-Entry Stabilisation), une capsule spatiale servant de banc de test en conditions réelles. La capsule sera embarquée sur la fusée REXUS puis lancée lorsque la fusée sera à son apogée. En rentrant sur terre, la capsule expérimentera une technique de stabilisation et de guidage innovante.

Fin juillet, un test de stabilisation, mené dans une soufflerie verticale qui permet de simuler une situation très similaire à celle de vol, a été couronné de succès. C'est une avancée significative pour la finalisation du projet. Le décollage est prévu pour mars 2020 à l’Esrange Space Center en Suède.

HADES fait partie du cycle 12 du programme REXUS/BEXUS. Il est réalisé dans le cadre d'un accord entre le Centre aérospatial allemand (DLR) et l'Agence spatiale nationale suédoise (SNSA). Il a été rendu accessible aux étudiants des autres pays d'Europe grâce à une collaboration avec l’Agence spatiale européenne (ESA).

L'équipe est composée de huit étudiants :

Le projet est encadré par le professeur Roberto Putzu (HEPIA) pour la partie mécanique et par le professeur Marco Mazza (HEIA-FR) pour la partie électronique.

Trois questions au professeur Roberto Putzu

En quoi consiste exactement le projet HADES ?  / quel(s) domaine(s) de recherche concerne-t-il ?
Lorsqu’une capsule spatiale rentre dans l’atmosphère, elle est très stable lorsqu’elle vole en régime hypersonique et supersonique. Pourtant, elle commence à osciller «dangereusement» lorsqu’elle vole à une vitesse faible, juste avant l’atterrissage. Cela est potentiellement dangereux parce que la capsule pourrait se renverser.
Le but d’HADES est d’envoyer une capsule dont on connait le comportement dans l’espace, de la faire rentrer, et de contrer ces oscillations activement, avec des moteurs qui déplacent le centre de masse.

En quoi le test réalisé fin juillet 2019 est-il une étape importante du projet ?
Cette étape est fondamentale du point de vue scientifique. Elle vise à assurer le fonctionnement de l’expérience dans un vrai vol. Elle met la capsule dans une situation très similaire à celle de vol qu’elle subira lors de la rentrée dans l'atmosphère. Tous les autres tests étaient faits sur des bancs de tests installés à terre, et contraignaient la capsule d’une façon ou d’une autre. Ils étaient, bien sûr, conçus pour simuler le comportement en vol, mais une liberté « totale » de la capsule en soufflerie verticale aurait pu générer des phénomènes inattendus que nous ne pouvions pas simuler dans un banc de test.

Et la suite ? Comment va évoluer ce projet ?
Après le vol, nous aurons gagné de l’expérience dans le domaine de la rentrée spatiale.  Nous travaillons déjà avec des partenaires Européens au dépôt de projets de recherche dont l’expérience HADES est la première brique.
 

 

Publié le 26.08.2019
Contact
HES⁠-⁠SO Rectorate
Route de Moutier 14
2800 - Delémont
T +41 58 900 00 00 - F +41 58 900 00 01
By continuing to browse this site, you agree to the use of cookies to improve your user experience and to provide website statistics.
Read the legal notice ok