L’innovation sociale pour réduire le taux de non-recours aux prestations sociales et de santé

Travail social Jeudi 13 octobre 2022

Selon de récentes études, le taux de non-recours aux prestations sociales et de santé toucherait jusqu’à un quart de la population suisse. Autrement dit : une personne sur cinq, voire une personne sur quatre, ne ferait pas valoir son droit à une allocation ou une prestation à laquelle elle aurait en principe droit. Les raisons pour ce constat sont multiples : non-connaissance, non-pertinence, débrouillardise, gêne, refus, coûts, etc. Dans cet atelier, nous proposons de prendre du recul sur des solutions dites innovantes et discuter des actions de conscientisation. En exemple, les actions menées par une commune genevoise ainsi qu’une méthodologie de recensement pour combler les besoins sociétaux non couverts en matière de santé et de cohésion sociale.

Programme

Béatrice Vatron-Steiner & Jean-François Bickel, Haute école de travail social Fribourg Cyber-administration et travail social : des accès et de l’activation des droits et prestations aux épreuves de professionnalité

Florian Kettenacker, Commune de Vernier

Le projet « Activation des droits (ADD) »

Emmanuelle Anex, UNIL,Centre LIVES & Alain Plattet, Commune de Chavannes-près-Renens Cause commune, faire participer les habitant·es à l’organisation de leur ville

Commenté par Elisabeth Baume-Schneider, Conseillère aux États et vice-présidente de la Conférence suisse des institutions d’action sociale (CSIAS) et modéré par Barbara Lucas de la Haute école de travail social Genève.

Je 13.10

en ligne Teams