FR DE EN

Le Valais accueille un centre unique pour la prévention des séismes

Le centre pédagogique de prévention des séismes (CPPS) sera inauguré le 18 mars à Sion. Le grand simulateur, de 30m2, est déjà fonctionnel. Les ingénieurs de la HES-SO ont mis plus de deux ans pour rendre concret ce projet. Entretien avec Anne Sauron, professeur à la HES-SO et à l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich, qui l'a piloté.

 CPPS séisme Sion   DR

Source: Rhône FM

Non, l'image n'est pas vraiment floue, c'est le mouvement qui produit cet effet. Ce simulateur de séismes, capable de reproduire des vibrations très réalistes jusqu'à une puissance de 9 sur l'échelle de Richter, est désormais fonctionnel à Sion en Valais. Elaboré en deux ans par les ingénieures et ingénieurs de la HES-SO, il a notamment été filmé dans un sujet proposé par Rhône FM.

Ce simulateur – une plaque de 5 mètres sur 6 – fait partie du Centre pédagogique de prévention des séismes (CPPS) piloté entre autres par Anne Sauron, professeure à la HES-SO et à l'Ecole polytechnique de Zurich, où son premier mandat était déjà lié au Valais. Pour avoir vécu plusieurs années aux Etats-Unis, cette chercheuse sait ce que représente un tremblement de terre en réel.

«Cet outil doit permettre de réaliser de la prévention sismique auprès des  enfants car si on est bien préparé, les conséquences sont souvent moins dramatiques. Par exemple, il y a des astuces bêtes, mais on ne place pas un téléviseur trop en hauteur dans sa chambre à coucher...» souligne cette spécialiste.

Les écoles d'abord

Supporté financièrement par la HES-SO, le site devrait être pleinement opérationnel pour les écoles lors de la prochaine rentrée. «Face au risque sismique et à la gravité de ses conséquences la prévention est un devoir absolu. Le respect des normes parasismiques au moment de la construction des bâtiments est indispensable. Mais cela ne suffit pas: lorsque le séisme survient, la protection des populations dépend  principalement du comportement de chaque individu face aux conséquences désastreuses du séisme, explique Anne Sauron. Or, le comportement adapté n’est pas inné; il doit être acquis, et le CPPS peut aider à cette cette acquisition. Des ajustements devront forcément être opérés au début pour que les attentes soient comblées au mieux possible.»

A terme, l'idée est également que le public puisse avoir accès à ces installations, voire même les entreprises, pour tester du matériel en conditions réelles, par exemple pour des lits d'hôpitaux.  

Publié le 14.01.2016
Contact
HES-SO Rectorat
Route de Moutier 14
2800 - Delémont
T +41 58 900 00 00 - F +41 58 900 00 01