Career WomenVous êtes une femme, votre carrière nous intéresse!

Portrait d'Anne Gillardin

Directrice opérationnelle de la HEIG-VD

 Anne Gillardin


Ne jamais se laisser impressionner par les stéréotypes, par le regard des autres.

Née à la Chaux-de-Fonds, Anne Gillardin a obtenu son diplôme d’ingénieure à l’EPFL avant de travailler quelques années dans des bureaux privés des domaines de la construction et de l’hydraulique. Elle passe ensuite 6 ans à l’EPFL qui lui permettent en plus de ses compétences d’ingénieure, de développer un sens aigu du management, qu’elle complétera par un Master en administration publique, tout en donnant naissance à deux enfants dans la foulée. Elle rejoint ensuite l’OFROU — Office fédéral des routes — puis l'UNIL avant d’endosser en avril 2015, le poste de Directrice opérationnelle de la HEIG-VD.

« Je ne me suis jamais fait de plan de carrière, j’évolue là où je peux apporter mes compétences personnelles et professionnelles »

Quel que soit son travail, elle cherche à assouvir tant sa passion pour l’ingénierie et le terrain en côtoyant des professionnels des métiers de la construction notamment, que son intérêt pour les contacts relationnels et le potentiel humain qu’il s’agit toujours de favoriser afin d’atteindre des objectifs communs. Elle assure ainsi un lien fort entre la stratégie managériale et son implémentation au niveau opérationnel : ticket gagnant selon elle pour être capable d’appréhender son environnement de travail dans son ensemble. 

Vous allez certainement rencontrer un homme ingénieur, vous marier et arrêter de travailler

De sa carrière d’ingénieure dans un contexte encore fortement représenté par les hommes, Anne Gillardin retient bien sûr quelques réflexions dont celle de son patron de l’époque lui prédisant mariage et fatalement arrêt de la carrière professionnelle, mais elle parle avant tout de son sentiment d’avoir dû toujours se battre plus que les hommes. L’impression de devoir être une « super woman », d’être plus observée alors que la clé, selon elle est, de ne pas considérer les hommes et les femmes qui travaillent ensemble comme des populations différentes, mais bien de les traiter sur un pied d’égalité, basé sur les compétences–métiers. Elles les appellent d’ailleurs tous ses « collègues » terme ne permettant pas de présuppositions quant au genre.

Aux étudiant-e-s futur-e-s diplomé-e-s, elle conseille avant tout de ne pas se laisser impressionner.

Le travail est un vecteur de bien-être, une source de rencontres, d’apprentissages, qui contribue à l'épanouissement et au bonheur. Le tout est de mettre en place une organisation solide afin de concilier vie privée et vie professionnelle.
career.women@hes-so.ch
Contact