Career WomenVous êtes une femme, votre carrière nous intéresse!

Luciana Vaccaro

Rectrice de la HES-SO
 Luciana_Vaccaro    
Garder son cap et ne pas se victimiser...

Après un passage au CERN puis à l’EPFL notamment, Madame Luciana Vaccaro, physicienne de formation, a repris les rênes de la HES-SO. Nommée rectrice en octobre 2013, cette Napolitaine d’origine dirige une institution qui compte aujourd’hui 28 hautes écoles réparties dans 7 cantons, plus de 19'000 étudiants et elle gère un budget annuel de plus de 500 millions. Mariée et maman de deux enfants de 9 et 12 ans, elle sait parfaitement ce qu’allier carrière et famille signifie.

Lors de votre intervention à la Foire du Valais en 2014, vous avez comparé la HES-SO à une institution adolescente. Alors qu’est-ce qui est le plus facile à gérer, une enfant adolescente ou une institution adolescente ?

Elles ont toutes deux les mêmes caractéristiques. Tant l’ado que l’institution prennent des initiatives, elles partent parfois « dans tous les sens » et se révoltent face aux nécessités normatives. Elles peuvent donc être à la fois très attachantes et très énervantes.

Que signifie pour vous : faire carrière ?

Pour moi, faire carrière signifie avoir atteint une position où la personne peut réaliser ses projets. Elle a pris ses décisions en connaissance de cause et au fur et à mesure des postes qu’elle a occupés, la personne a su développer les compétences nécessaires pour atteindre son but.

Quels sont les défis qui attendent nos étudiantes et nos étudiants à la sortie de leurs études pour atteindre les positions de cadre ?

Les défis sont doubles. Tout d’abord, il faut « prendre l’hélicoptère ». En effet, nous sommes fortement caractérisés par le métier que nous exerçons mais il est capital pour chacun d’entre nous de saisir les enjeux du système, de l’appréhender dans sa globalité et de s’intéresser aux métiers des autres. Le deuxième défi concerne l’humain, la gestion des émotions. Les entreprises sont constituées de femmes et d’hommes avec leur identité, leur personnalité propre. Gérer des êtres humains, c’est faire face à cette diversité.

Existe-t-il à votre avis des différences entre les femmes et les hommes à ce sujet ?

Il n’existe pas de différence entre les femmes et les hommes, les défis sont les mêmes. On m’a souvent dit de penser comme un homme avec des approches plus ou moins humanistes mais pas forcément liées au genre. A mon avis, il est plus important de travailler sur les valeurs, sur l’éducation.

Quels trucs et astuces donneriez- vous à nos étudiantes qui souhaitent faire carrière ?

Tout d’abord, il est capital de ne pas être perfectionniste. Il faut pouvoir accepter que la maison ne soit pas parfaite. Cela nécessite de faire confiance aux autres, d’être en accord avec le fait qu’une autre personne fasse le repassage par exemple. Cela implique de mettre de l’importance dans les justes priorités et le repassage n’en n’est pas une. De plus, la femme ne doit pas se victimiser. Elle sera peut-être parfois confrontée à des commentaires désobligeants par exemple. Mais, il n’est pas nécessaire de les souligner à chaque fois. Elle doit au contraire conserver son cap et mettre son énergie pour ce qui est important. Enfin, quand on a des enfants, il est important de se dire qu’une mère qui travaille et avance dans sa profession est aussi porteuse de valeurs positives tels que l’engagement pour la communauté, le sens du devoir, essayer de voir plus loin que sa propre réalité, etc.

Vous avez relevé dans l’émission « entrepeneurs » de « La Télé » du 11 septembre dernier que : « avoir une famille n’empêche pas de vivre et être ingénieure non plus ». Conciliation vie professionnelle et vie privée quelles sont les clés du succès ?

Etre ingénieure ne m’a aucunement empêché d’avoir un couple et de fonder une famille. Il ne faut pas oublier qu’être en couple, avoir des enfants donne une énergie supplémentaire. Cela permet d’être fier et de se dire : « ouah j’y arrive ». C’est vraiment stimulant. Personnellement, j’ai reçu beaucoup d’amour et pour moi il est important que l’on sache vraiment profiter de cette énergie positive que donne une famille.

Publié le 02.03.2015
Contact