Boîte à outils genreEt si j’intégrais la perspective genre dans mon domaine?

Féminisme

C’est avec les mouvements féministes dans les années 70 et leurs revendications qu’a été posée clairement et avec force la question des rapports de pouvoir et la domination sociale et économique des femmes. Ce mouvement a réussi à imposer comme politique tout ce qui était considérée comme privé et « naturellement » attribué aux femmes soit la prise en charge des enfants, l’entretien du foyer et de la famille, les rapports conjugaux ou la prise en charge des parents âgés et malades. Ces mouvements ont posé publiquement les questions propres aux femmes : le droit à l’avortement, la violence, l’inégalité dans les droits, l’accès à l’espace public et politique (Parini 2006; Scott 1988; Wittig 1980). Ce mouvement militant politique s’est doublé d’un mouvement intellectuel, les auteures féministe ont déconstruit les paradigmes en place en y introduisant l’analyse des rapports sociaux de sexe. En France, les travaux de Colette Guillaumin, de Nicole Claude Mathieu, de Christine Delphy ont posé la question de l’exploitation des femmes en tant que groupe social (Delphy 2003; Guillaumin 1978; Mathieu 1984). La différence entre les sexes n’est pas une différence « naturelle » c’est une différence basée sur une hiérarchisation sociale.

Delphy, Christine. 2003. "Par où attaquer le "partage inégal" du "travail ménager"?", Nouvelles Questions Féministes, 22: 47-71.

Mathieu, Nicole-Claude. 1984. "De la conscience dominée des femmes", Les Cahiers du GRIF, 29: 73-75.

Guillaumin, Colette. 1978. 'Pratiques du pouvoir et idée de nature (1). L'appropriation des femmes', Nouvelles Questions Féministes, 2: 5-30.

Contact